Football Roger Vanden Stock s'est livré à nos confrères du Morgen dans une longue interview.

Celui qui n'a plus la moindre fonction publique vit une retraite loin du RSCA, où il ne se montre plus depuis qu'il a vendu le club à Marc Coucke. Son explication: "Tout du vieil Anderlecht devait partir. A la porte. Démission. Même mon passé a été enlevé par le nouveau propriétaire (...) bien sûr, je suis toujours le club mais seulement à la télévision et par les médias. J'ai été président d'Anderlecht pendant 21 ans et je n'y ai pas gardé le moindre ami."

L'ex-président des Mauves ne ménage pas la nouvelle direction et le début de l'ère Kompany: "Je ne comprends pas que les fans soient soudainement devenus si doux. Herman Van Holsbeeck et moi avons été mis à rude épreuve pour des résultats moins graves. Kompany ? Un bon choix en soi, mais aucune garantie de succès. J'ai été surpris qu'il remplace Verschaeren par Narsi, le week-end dernier. Un garçon comme Verschaeren qui se sent obligé de faire de la place pour un mercenaire..."

Selon Vanden Stock, il y a un accord entre Kompany et Coucke: "Si Vince parvient à faire revenir Anderlecht au top, il en deviendra le patron et Coucke disparaîtra petit à petit. L'avenir du club dépendra des deux ou trois prochaines années". Et de préciser que sa parole est celle d'un simple supporter... qui se demande si les autres fans mauves auront la patience d'attendre deux ou trois ans que les jeunes du club mûrissent. 


La réponse de Coucke

L'actuel président du RSCA n'a pas attendu longtemps avant de répondre à son prédécesseur, via Twitter: