La demi-finale entre l'Argentine et les Pays-Bas a constitué une solide désillusion pour le supporter neutre. Une "purge", entre manque de rythme et spectacle indigent. Mais au milieu de ce triste tableau, un joueur a réussi à sortir une toute grosse prestation: Ron Vlaar. A vingt-neuf ans, le défenseur d'Aston Villa est parvenu à mettre un certain Lionel Messi sous l'éteignoir. Un petit exploit, surtout que l'arrière-central ne fait pas partie du gratin européen à son poste. Et pourtant, rien n'est passé au travers du pilier oranje.
     

Mais au bout de 120 minutes de ratissage et d'interventions correctes, Vlaar a eu la lourde tâche d'entamer la séance de tirs au but... alors qu'il n'était absolument pas censé tirer en premier. En effet, Louis Van Gaal a expliqué ce choix étonnant par le refus de deux autres joueurs de défier Sergio Romero en ouverture. Le coach batave n'a cependant pas tenu à révéler les noms des deux Néerlandais."Nous avons réalisé une séance incroyable contre le Costa Rica", a expliqué Van Gaal après la rencontre. "Mais le fait est qu'on avait réussi le premier tir. J'ai demandé à deux joueurs de shooter en premier, avant d'arriver à Vlaar. Selon moi, il était le meilleur joueur sur la pelouse et devait être en pleine confiance. Cela démontre que ce n'est pas facile de mettre un tir au but."

Malgré la confiance accumulée durant la rencontre, le défenseur a en effet loupé son tir, repoussé par un Sergio Romero en pleine forme. Ce raté plaçait l'Argentine sur orbite, jusqu'à l'ultime tir de Max Rodriguez. Une fin cruelle pour ce joueur volontaire et intraitable face à une Albiceleste qui aura dû attendre la loterie des tirs au but pour s'offrir une finale en "territoire ennemi".