ENTRETIEN

Maître Dupont, pourquoi Cédric Roussel s'est-il adressé à vous?

Parce qu'il a constaté qu'il ne pouvait plus être «un élément passif» dans un dossier qui le concerne au premier chef. Nous avons saisi mardi soir la chambre du règlement des litiges de la Fifa. Nous lui avons clairement exposé le cas.

Cette instance est compétente pour débattre sur le fond quand un différend oppose un club, les Wolverhampton Wanderers en l'occurrence, à l'un de ses joueurs.

Que réclame Cédric Roussel?

A titre principal, il estime que le contrat qui le liait à Wolverhampton a été rompu. A titre subsidiaire, il pense que ce qu'il vit actuellement est exemplatif de ce que j'intitulerais: la juste cause sportive l'autorisant, par conséquent, à reprendre sa liberté.

Qu'entendez-vous par cette expression?

C'est un ensemble de circonstances tendant à démontrer qu'il convient de laisser le joueur sortir du contrat qui le lie à son club, sinon le dommage causé à sa carrière serait démesuré par rapport au non-intérêt dudit club pour ledit joueur.

Qu'attendez-vous de la part des dirigeants anglais?

Qu'ils se rendent compte que bloquer Cédric Roussel comme ils le font actuellement ne sert strictement à rien. C'est une pure question de bon sens. Roussel n'entre pas dans leurs plans, c'est évident. Or, il sort, avec Mons, d'une saison exceptionnelle. N'est-ce pas paradoxal? Pourquoi, dès lors, ne pas l'autoriser à s'épanouir ailleurs?

Etes-vous optimiste?

Oui. La Fifa peut, effectivement, nous donner raison, tout en assortissant sa décision d'une mesure financière compensatoire pour Wolverhampton. Un juge totalement indépendant sera alors appelé à déterminer ce dédit. La procédure de médiation accélérée, qui consistera à réunir toutes les parties afin que ce différend soit réglé à l'amiable, est en cours. De son côté, Cédric Roussel est reparti mardi soir en Angleterre. Il aurait commis une grave erreur en demeurant plus longtemps en Belgique. En deux jours, son état de santé s'était nettement amélioré au point que rien ne l'empêchait plus de prendre l'avion pour Wolverhampton.

Qu'espérez-vous, personnellement?

Je souhaiterais que nos interlocuteurs fassent montre de professionnalisme. Je voudrais qu'ils soient objectifs. Je désirerais qu'ils concèdent, effectivement, qu'ils ont tout intérêt à autoriser Cédric à s'en aller.

Vers quelle destination?

Le propos n'est pas là. Ne brûlons pas les étapes. Attendons que la Fifa se soit prononcée...

© Les Sports 2003