Philippe Saint-Jean n'est plus l'entraîneur de l'Excel. Hier matin, son départ a été officialisé. Le bilan chiffré du club, 3 points sur 27, a causé la perte du tacticien brabançon. Et la défaite concédée face au Standard vendredi a révélé que les joueurs n'étaient plus derrière leur entraîneur...

«La situation était claire. Il fallait réagir rapidement, explique Roland Louf, le manager général de l'Excelsior. Dans un premier temps, nous avons essayé de consolider la position du coach en lui accordant toute notre confiance et en ne lui imposant pas une pression insoutenable. Mais lorsqu'un groupe n'est plus derrière son entraîneur, c'est difficile de trouver une solution. De là à critiquer Philippe, il y a un gouffre. Il a les défauts de ses qualités, mais je ne pense pas que l'on puisse lui reprocher quoi que ce soit. Philippe est un homme intègre qui croit en ses idées. C'est pour cette raison qu'il n'est pas viré mais qu'il sera dévolu à d'autres fonctions, mais nous en parlerons un peu plus tard. Il est toujours sous contrat chez nous et ce jusqu'en juin 2007.»

Certains joueurs ont donc gagné leur bras de fer...

«Le départ de Philippe n'est une victoire pour personne, répond Louf. Au contraire, c'est un échec collectif. C'est la défaite d'un groupe, d'un entraîneur mais aussi des dirigeants. Nous sommes tous coupables! C'est cette prise de conscience qui nous permettra de rebondir.»

En choisissant de confier les rênes de l'équipe première à Geert Broeckaert, l'entraîneur des réserves, les frontaliers ont effectué le choix de la raison.

«Il fallait insuffler un nouvel esprit dans cette équipe. Je suis persuadé que Geert sera l'homme de la situation. Il connaît bien la maison. Certains chicaneront en prétextant que, comme son prédécesseur, il n'a pas l'expérience de la D 1. Mais il sera entouré de Gil Vandenbroucke et de Didier Vandenabeele. Et puis, Geert connaît le groupe, la problématique sportive et, surtout, la mentalité mouscronnoise. C'est ce dont nous avons besoin.»

Le premier depuis... 1989!

Philippe Saint-Jean est le premier entraîneur mouscronnois remercié en cours de championnat depuis... 1989! Lorenzo Staelens avait été démis après la saison, Broos et Leekens sont partis de leur «plein gré » et Van Maldeghem avait été débarqué à quelques jours du tour final de D 2, en mai 1995. Le coach flandrien était arrivé au Canonnier en cours de compétition en remplacement de Walter Ellegeert, viré le 5 décembre 1989. Van Maldeghem avait ensuite empoché 30 des 32 points à prendre, pour décrocher le titre de... Promotion A!

Laurent Denuit

© Les Sports 2005