Entretien

Chaque match de l’équipe nationale connaît son incident. Cette fois, c’était le retard de Vincent Kompany à la séance de théorie d’avant-match. Dick Advocaat n’a pas apprécié et il l’a mis sur le banc, alors qu’il devait débuter la rencontre. Intelligemment, le médian a accepté la décision sans broncher

Vincent, que s’est-il passé exactement?

Ce n’est finalement qu’une anecdote Lors des six dernières années, nous avions l’habitude d’être réveillés par la réception de l’hôtel avant nos rendez-vous collectifs. Ce n’est plus le cas maintenant et je l’ai appris à mes dépens. Mais il n’y a aucun souci. C’est normal d’avoir été puni et j’aurais été déçu de ne pas l’avoir été.

C’est aussi un signal fort d’Advocaat: personne n’échappe aux règles.

C’est légitime. Je suis le premier à dire qu’il faut respecter les règles. Auparavant, le groupe a parfois manqué de discipline. Mais maintenant, les joueurs sont arrivés à un âge où ils comprennent mieux pourquoi il faut suivre des règles.

Que pensez-vous de la méthode Advocaat, que vous découvrez?

Je ne la découvre pas car lors des dernières années, j’ai eu à faire à pas mal d’entraîneurs de renommée internationale. C’est comme ça qu’on travaille au plus haut niveau. Mais c’est clair qu’il nous a mis dans la bonne direction.

Comment trouvez-vous ces Diables new-look?

Notre prestation a été professionnelle. Défensivement, c’était stable. Offensivement, les buts sont là. 3-0, c’est un score clair. Il ne faut surtout pas sous-estimer l’importance de ce match: la Hongrie est exactement le genre d’adversaire qu’il faudra battre dans notre prochaine campagne pour nous qualifier pour l’Euro 2012. La prochaine rencontre officielle n’a lieu qu’en septembre mais on s’est tous déjà fixé l’objectif de la disputer avec le couteau entre les dents afin de la gagner.