Marc Wilmots connaît le Standard et la "Bundesliga" comme sa poche. L’adjoint de Dick Advocaat a aussi été l’équipier de Rost, le gardien du HSV, et a suivi les cours d’entraîneur avec Bruno Labbadia. "J’ai également joué contre la plupart des joueurs de Hambourg, commente Marc Wilmots. Sauf les plus jeunes."

Que pense-t-il de l’adversaire du Standard ? "Le HSV dispose d’un noyau pour terminer parmi les cinq premiers de la "Bundesliga". Et ce n’est pas peu dire ! Mais Bruno Labbadia a joué de malchances : il a perdu très tôt ses deux attaquants, Guerrero et Petric, puis Zé Roberto. Van Nistelrooy est ensuite arrivé à la trêve et il a fallu reconstruire."

Pour le taureau de Dongelberg, la force du HSV, c’est sa puissance offensive. "Hambourg se crée toujours beaucoup d’occasions. Avec les défauts de ses qualités : ce faisant, il y a des espaces pour l’équipe adverse. Le Standard devra en profiter et ne pas gaspiller."

Quant aux chances de qualification du Standard, il les estime à 60 % : "Le but inscrit à Hambourg est formidable. Je pense que le HSV marquera à Sclessin mais le Standard est capable d’en inscrire deux ou trois aussi."

C’est à Schalke 04 que Marc Wilmots a écrit les plus belles pages de sa carrière. Avec le club allemand, il a notamment remporté la Coupe de l’UEFA en 1997 alors qu’il éprouvait des difficultés en championnat. Peut-on tracer un parallèle avec la situation actuelle du HSV ? "La situation est différente. Schalke était vraiment un outsider car le club n’avait plus participé à une Coupe d’Europe depuis dix-neuf ans, ce qui n’est pas le cas du HSV."

La situation de Schalke est plutôt comparable à celle du Standard. "Nous avions un noyau limité et nous étions à la traîne en championnat. Nous avons décidé de jouer l’Europe à fond et cela nous a réussi. Je souhaite la même chose au Standard."