La célèbre banque d'investissement américaine Goldman Sachs tente de jouer les Madame Irma depuis plusieurs années. En combinant des données statistiques, elle simule tous les matches d'une compétition avant que celle-ci n'ait lieu.

En 2014, Goldman Sachs voyait le Brésil s'imposer à domicile, raté. La Seleçao avait été écrasée 7-1 par l'Allemagne, futur vainqueur, et terminait 4e du tournoi.

En 2016, lors de l'Euro, la banque avait misé sur une victoire finale de la France à domicile, encore raté. Dans le temps additionnel de la finale, un poteau a empêché André-Pierre Gignac d'offrir le trophée aux Français. C'est finalement Eder qui a offert l'Euro au Portugal.

En 2018, c'est à nouveau le Brésil qui était le vainqueur désigné par la banque lors du Mondial en Russie. Un pronostic encore raté. Vous le savez, le Brésil a été éliminé par la Belgique, et c'est la France qui a soulevé le trophée.

On peut donc dire que Goldman Sachs n'excelle pas en matière de pronos. Mais l'exception ne confirme-t-elle pas la règle ? En tout cas pour cet Euro 2020, c'est la Belgique qui est le vainqueur désigné par la banque américaine

Une finale contre l’Italie

Selon Goldman Sachs, pour son entrée dans le tournoi, la Belgique va battre la Russie 2-1, avant de s'incliner sur le même score contre le Danemark. Le dernier match, décisif, se soldera par une victoire contre la Finlande et la qualification en tant que deuxième du groupe B.

Dans la phase éliminatoire, la Belgique éliminerait dans l'ordre: la Suisse, les Pays-Bas puis le Portugal. La finale se jouerait alors face à l'Italie, qui aurait éliminé de son côté l'Ukraine, la Croatie et enfin l’Espagne.

En finale, le score à la fin du temps réglementaire serait de 1-1, mais la Belgique l'emporterait.

"Notre framework prédit que la Belgique remportera l'Euro pour la première fois de l'histoire, battant de justesse l'Italie le 11 juillet. La raison pour laquelle le modèle donne l'avantage à la Belgique est principalement son score Elo élevé, où elle est classée première parmi les nations européennes. Cela dit, nous voyons une course serrée entre la Belgique, l'Italie, le Portugal et l'Espagne, qui se qualifient pour les demi-finales", explique la banque.

La banque a aussi donné un pourcentage de victoire à chaque équipe. La Belgique a 17,1% de de chance de l'emporter. L'Espagne, deuxième nation du classement, 13.1%.  Dans ce classement, la France est cinquième, avec 10,2% de chance de ramener la coupe à la maison. Il y a toutefois des différences entre ces pourcentages et les prévisions à cause du tirage, explique la banque.

A défaut de Paul le Poulpe, puisse Goldman Sachs avoir enfin raison..

© GOLDMAN SACHS

© GOLDMAN SACHS