Même si certains Anderlechtois feignaient l’indifférence hier midi, nombre d’entre eux étaient impatients de découvrir leur premier adversaire sur la route des poules de "C1". Le verdict est tombé : ce sera Sivasspor, que le Sporting recevra le 27 ou le 28 juillet, avant de s’y déplacer, le 5 ou 6 août.

Promu en D1 turque en 2005, ce club au budget modeste reste sur deux saisons incroyables : quatrième en 2008 (à égalité de points avec le second !), il a lutté pour le titre la saison dernière avec Besiktas, ne pliant qu’à la dernière journée. Logée au beau milieu de la Turquie, la ville industrielle de Sivas se situe à 1 285 mètres d’altitude. Anderlecht songe d’ailleurs à s’y rendre un jour plus tôt, soit l’avant-veille du match, pour s’adapter au mieux à ses conditions de jeu.

Le stade 4 Eylul peut accueillir 18 500 personnes et il a la réputation d’être bouillant : dans cette région les distractions sont peu nombreuses et la ferveur pour le football y est immense. La bonne nouvelle pour Anderlecht, c’est que Sivasspor vient de perdre deux joueurs importants : le buteur israélien Balili vient de signer à Antalyaspor et le défenseur brésilien Bilica a été vendu à Fenerbahçe. Le club de Sivas ne s’en émeut guère : les exploits récents ont surtout été forgés grâce à la force collective du club.

La blessure de Mehmet Yildiz, capitaine du club et international turc, est plus embêtante. Sivasspor va tout faire pour le retaper à temps mais les chances de le voir aligné contre Anderlecht sont minces. Les observateurs du football turc sont d’accord pour affirmer que Sivasspor est une équipe à la portée d’Anderlecht. À condition que le Sporting évolue à un bon niveau

Après le tirage au sort de Nyon, Herman Van Holsbeeck a pris l’avion pour rejoindre le groupe anderlechtois, dans le milieu de la nuit. Cette journée marathon ne l’empêchait pas d’être plutôt satisfait du tirage "Mais je l’étais aussi avant BATE, et cela s’est transformé en cauchemar, nuançait le manager. Sivasspor a bousculé la hiérarchie du championnat turc et a certainement des qualités. Mais nous n’avons aucune excuse : nous devons passer au tour suivant !"

Le Sporting jouera le match aller chez lui, ce qui constitue plutôt un désavantage. "Le scénario idéal serait de gagner chez nous par au moins 2-0 afin de voyager tranquille. Je suis en tout cas content de ne pas devoir affronter une équipe de l’Est, car là-bas, le championnat a déjà débuté."