Selon nos confrères de Mediapart, le Français a été placé en garde à vue ce mardi matin. D'après eux, l'ex-président de l'UEFA est soupçonné de corruption sur l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar.

Platini se trouve actuellement dans les locaux de l'Office anticorruption de la police judiciaire de Nanterre. Claude Guéant, l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy, est également entendu en tant que suspect libre. Le Parquet national financier (PNF) est à l'origine de cette enquête. Les deux hommes pourraient être inculpés pour corruption privée, association de malfaiteurs, trafic d’influence et recel de trafic d’influence.

Pour rappel, on apprenait le 2 décembre 2010 que le Qatar allait organiser le Mondial 2022.

Aujourd'hui, l'enquête se concentre sur une réunion secrète organisée le 23 novembre 2010 soit dix jours avant l'officialisation. Nicolas Sarkozy avait alors convié Tamim ben Hamad al-Thani, prince héritier du Qatar - désormais émir depuis 2013 - ainsi que Michel Platini à un déjeuner.

France Football a révélé qu'"au cours de cette réunion, il a tour à tour été question du rachat du PSG par les Qataris (devenu effectif en juin 2011), d'une montée de leur actionnariat au sein du groupe Lagardère, de la création d'une chaîne de sport (BeIN Sports) pour concurrencer Canal+". Tout cela en échange d'une promesse : que Platini ne donne pas sa voix aux États-Unis, comme il l'avait envisagé, mais au Qatar".

Sepp Blatter, l'ancien président de la FIFA, estime que ce rendez-vous a fait la différence. "Cela a complètement changé la donne. Tout allait bien jusqu’au moment où Sarkozy a tenu une réunion avec le prince héritier du Qatar, qui est aujourd’hui émir. Et au déjeuner qui a suivi avec M. Platini, il a dit que ce serait bien d’aller au Qatar", en ajoutant que Platini a convaincu trois autres personnes de voter en faveur du Qatar.

Toujours selon Mediapart, la BBC et le Sunday Times évoquaient, dès le lendemain du vote, une corruption endémique qui "gangrène la fédération internationale et biaise les conditions d'attribution du plus grand événement sportif de la planète".

Mediapart rappelle que sur les 24 membres du comité exécutif de la FIFA en 2010, 16 ont été radiés, suspendus ou sont liés à l'enquête. Mohammed Bin Hammam, grand artisan de la candidature du Qatar pour 2022 a été banni à vie des instances internationales. L'ancien président de la confédération asiatique a été puni à cause de violations répétées du code de l'éthique commises durant ses mandats de président de l’AFC et de membre du Comité exécutif entre 2008 et 2011"

Six mois après le fameux déjeuner, le Qatari a racheté le PSG et a importé sa chaîne de télévision BeIN Sports en France.