Les Liégeois ont-ils signé une bonne ou une mauvaise affaire face au Sporting? C'est à l'issue de cette 29e journée que l'on pourra mieux juger de la portée de ce résultat... «Pour moi, notre partage s'apparente à une défaite, remarqua Almami Moreira. Ce résultat reste insuffisant dans la perspective d'une qualification en Ligue des Champions. Personnellement, je fus sérieusement touché à la cheville gauche après dix minutes. A partir de là, j'ai éprouvé des difficultés pour accélérer. Cette douleur m'a aussi empêché d'apporter plus de soutien offensif à Emile...» Ce dernier se montrait plus optimiste que le Portugais: «Ce partage est logique. Nous avons dominé les 20 premières minutes. Si nous étions parvenus à inscrire un deuxième but au cours de cette période, nous aurions peut-être plié le match. Au lieu de cela, le Sporting est revenu dans la partie.»

Roberto Bisconti, pour sa part, regrettait les nombreuses absences: «Avec un Moreira diminué physiquement d'entrée de jeu, les absences de pions essentiels se sont ressenties. Face à une équipe d'Anderlecht au complet, nous avons besoin d'être à 100 pc de nos moyens. Nous craignions un coup d'éclair d'Aruna. Physiquement, les Bruxellois étaient plus frais en deuxième période. Nous avions pris l'ascendant sur eux en première mi-temps. A la fin, nous étions trop éloignés de nos adversaires dans le marquage et il y avait souvent trop d'espace entre les lignes. Iachtchouk descendait pour venir chercher le ballon et cela m'a contrarié car il y avait régulièrement trois hommes au milieu. Je n'avais pas de soutien devant moi. Ceci dit, rien n'est joué. Je ne vois pas Bruges s'imposer au Mambour. Face aux grandes cylindrées, les Zèbres se transcendent régulièrement. Dès lors...»

© Les Sports 2004