Jouera, jouera pas ? Si les questions pouvaient encore se précipiter autour du nom de Serge Gakpe avant le match face à Hanovre jeudi dernier, le joueur a gommé les derniers doutes qui couraient à son sujet. Il est vrai qu’après avoir débarqué en janvier comme un boulet de canon, la forme de l’ancien joueur nantais s’était un peu effilochée. "Mon bilan jusqu’à maintenant ? J’ai bien commencé (NdlR : notamment avec deux assists lors de ses deux premiers matches) puis j’ai eu un coup de mou. Je suis passé d’un match par semaine à trois, c’était un changement radical. Là, j’ai digéré ce changement et je retrouve mes sensations", déclarait le joueur français avant de s’envoler vers l’Allemagne pour le match le plus important de l’année (et tant pis le terme est usurpé).

De son sort personnel, Serge Gakpe préfère d’ailleurs ne pas trop s’encombrer comme la moindre "poussée d’ego" risquait de le déconcentrer des débats européens. Prêté au Standard, l’ancien prodige monégasque ne sait pas encore si l’option d’achat pesant sur sa tête sera bientôt levée. "Je ne me prends pas la tête avec cela. Je m’entraîne, je joue mes matches et on verra le résultat en fin de saison."

La fin de saison passera déjà par la case d’Hanovre dans laquelle le Standard devra bousculer les statistiques et les préjugés. "On ne va pas partir à l’abordage. On peut prendre notre temps. On va là-bas pour gagner mais il faut le faire intelligemment", estime le médian togolais. "Il ne faut pas perdre de vue qu’Hanovre est, lui aussi, face à un choix compliqué. Défendre leur 2-2 ou attaquer ?"

Car demain, le jeu pourrait bien se résumer dans les espaces que les Allemands accepteront ou non de libérer. Jeudi dernier à Sclessin, la "bande à Tchite" s’en était donné à cœur joie dans les couloirs offerts par des défenseurs allemands dont la vitesse ne s’affichera jamais comme le principal savoir-faire. Et à voir le contraste laissé par les Rouches entre le championnat belge et l’Europa League, on se dit que le succès du Standard européen s’est jusqu’ici dessiné dans les boulevards offerts par leurs adversaires étrangers. "Si on fait de meilleurs résultats en Coupe d’Europe qu’en championnat, c’est peut-être parce que les matches européens sont plus ouverts, avec plus d’espaces", confirme Serge Gakpe. "Hanovre va peut-être jouer plus regroupé et en contre mais on a montré au match aller qu’on est capable de mettre cette équipe en difficulté. La clé du match, ce pourrait être les phases arrêtées."

Un talon d’Achille que les deux équipes pourront demain partager. Reste à savoir qui s’en ira sur la pointe des pieds.