L’homme en forme ce samedi à Sclessin était incontestablement Axel Witsel. Ce dernier avait retrouvé de sa superbe dans le milieu du jeu, au même titre que ses coéquipiers. "La base de cette victoire, c’est la bonne mentalité et le bon état d’esprit. Une fois que le Standard affiche ce visage-là, ses qualités ressortent très vite" , lançait le Liégeois.

Ce que ce dernier espère, c’est que son Standard sera capable d’afficher le même visage vendredi prochain sur la pelouse de Lokeren. "Ce soir (NdlR : samedi soir), on a vu qu’il y avait eu un changement. J’espère que ce dernier est définitif et qu’on le prouvera la semaine prochaine. Cette saison, nous avons du mal à afficher la même mentalité à l’extérieur qu’à domicile. Oui, c’est un problème d’inconstance que nous devons régler dès maintenant."

Pendant la semaine, c’était le silence radio chez les joueurs par rapport à la presse. "Cela nous a fait du bien de nous retrouver et, surtout, de nous dire nos vérités en face", poursuit le Diable Rouge. "Oui, il y a eu un discours des coaches mais nous devons être capables d’anticiper et de nous remettre en question directement. Forcément, après le match contre Zulte, l’ambiance n’était plus la même puisque les joueurs étaient conscients d’être passés à côté de leur sujet."

D’ailleurs, après cette défaite, Axel Witsel n’a prêté que peu d’importance aux critiques, c’est le moins que l’on puisse dire "Pour être franc, je m’en bats les c (sic). On s’est directement remis au travail et cela a porté ses fruits face au Lierse", conclut notre interlocuteur.

Autre artisan de la victoire, Goh Bi Cyriac s’est rassuré en inscrivant un triplé. "Mon manque de réalisme me trottait en tête", admet ce dernier. "J’en ai parlé avec le coach. Quand je recevais le ballon, je ne savais pas si je devais aller au but ou encore faire une passe. Pour moi, c’était mieux de donner un caviar à un coéquipier. Aux entraînements, j’ai travaillé devant le but pour progresser. J’arrive à prendre une décision plus rapidement. Contrairement à la semaine passée, j’ai été dans tous les bons coups et j’ai pu être décisif."

Associé à Luigi Pieroni ("J’ai dû jouer différemment car lui est un finisseur pur"), l’Ivoirien a mis le feu dans la défense lierroise. "Sur mon premier but, j’anticipe le centre de Defour. Je ferme les yeux, je me jette et le ballon va au fond. Sur le deuxième, je me décale en retrait. Le troisième, c’est grâce à Dieu : le gardien repousse le ballon et je marque du protège-tibia Mon dernier triplé ? En 2008, lors de ma dernière saison à l’ASEC Mimosas, j’avais inscrit quatre buts en un match. J’avais terminé meilleur buteur du championnat avec 21 buts. Le titre de meilleur buteur cette saison ? J’y pense, comme tous les attaquants. J’en suis à sept buts, la moitié de Vossen, mais il est blessé On verra au fil des matches."