Football Stefano Denswil évolue, heureux, au Club Bruges depuis quatre saisons et demie.

Michel Preud’homme l’avait repéré à l’Ajax Amsterdam. Il l’a attiré au Club Bruges en janvier 2015 pour le titulariser au poste d’arrière gauche. Quatre saisons et demie plus tard et sous l’égide d’un autre entraîneur, Stefano Denswil évolue toujours à cette place, avec le même bonheur. Il a même affermi son statut.

"Stefano n’est peut-être jamais flamboyant mais il ne rate jamais non plus son match", le dépeint Rudi Cossey, l’adjoint d’Ivan Leko. "Cette saison, il a même gagné en régularité. C’est un critère important pour un coach. En outre, sur le plan humain, Stefano est un bon gars."

Né au Surinam, le Néerlandais s’est longuement épanché, à la veille du crucial déplacement du dauphin chez le leader genkois.

Stefano Denswil, pourquoi le Club Bruges s’impose-t-il vraiment comme le premier candidat au titre ?

"La consécration de la saison dernière n’a pas constitué un aboutissement. Le groupe n’a pas été bouleversé. Il a poursuivi sur sa lancée et signé, en particulier dans les gros matchs à domicile, de brillants résultats en développant, souvent , un excellent football.

(...)