Est-ce que le transfert de François Sterchele à Anderlecht pourrait encore capoter ? Lors du bouclage de cette édition, en tout cas, le joueur et le club n'avaient pas d'accord concernant le salaire qu'il gagnerait pendant quatre ans. Lorsque les deux parties se sont mises à table au stade Vanden Stock, à partir de 19h30, les nerfs étaient à vif.

Pourtant, pendant la journée, les clubs avaient effectué le premier pas. Contre toute attente, le GB avait accepté la proposition minimale de 2 millions d'Anderlecht. En cas de qualification pour la Ligue des champions, le montant augmenterait, jusqu'à 2,5 millions. Ni Mbo Mpenza, ni un autre joueur n'étaient inclus dans la transaction.

Le Sporting pouvait dire un grand merci au GB et à son président, Jos Verhaegen, en particulier. Puisque Verhaegen en avait marre des spéculations concernant son attaquant et puisque le joueur et le président du GB devaient partir en vacances ce samedi, il n'a pas insisté lors des négociations. "Que voulez-vous, quand un joueur a l'occasion de multiplier son salaire par 3,5", disait Verhaegen.

Seulement voilà : Sterchele trouvait que le salaire proposé par Anderlecht était insuffisant. La raison ? Le Standard était entré dans la danse et avait promis monts et merveille à l'attaquant. Pierre François confirmait l'intérêt : "Sterchele nous a été proposé, dit-il. Si nous voulons payer 2,5 millions ? C'est pour le meilleur buteur du championnat, hein !" Dans un fax officiel, le Standard demandait d'ailleurs l'autorisation au GB de négocier avec Sterchele, et à quel prix...

Est-ce que le Standard pourrait débourser 2,5 millions pour un joueur alors que Jovanovic n'est pas encore vendu ? Ou est-ce que le seul but des Rouches était de faire monter le prix pour Anderlecht ? C'est la question qui se pose. Entre-temps, Sterchele n'était plus du tout convaincu qu'Anderlecht était le bon choix. Il voulait un temps de réflexion de plusieurs jours, mais Anderlecht le lui refusait.

© La Libre Belgique 2007