Malgré la tempête qui sévit en bord de Meuse, le capitaine Bölöni est maintenu à la barre du navire liégeois. Et la plupart de ses matelots gardent espoir. Igor De Camargo en fait partie. "Après une défaite, il est toujours difficile de relever la tête. Surtout avec un tel écart au marquoir, analyse le Brésilien.

Même si la claque infligée dimanche dernier par le leader bruxellois lui laisse un goût amer, le capitaine "ad interim" du Standard n’entend donc pas baisser les bras. "Si un doute s’est installé dans nos esprits ? Non", assure notre interlocuteur. Pour atteindre cet objectif, Steven Defour est attendu comme un messie. "Nous gagnerons beaucoup en qualité avec le retour de Steven. Avec lui, nous pourrons mieux garder et faire tourner le ballon. Il est aussi précieux pour ses couvertures et il apportera plus d’engagement ainsi que sa force mentale. Non. Il n’est pas l’homme-miracle."

Steven Defour a disputé mercredi soir son premier match depuis sa blessure. Le capitaine liégeois a joué 45 minutes lors du match amical opposant les U21 à Sprimont (promotion). "C’est impressionnant de voir où il en est après seulement quatre mois, commente Guy Namurois. Avec la même blessure, certains boiteraient encore à l’heure actuelle !"

Hier, Steven a effectué un entraînement différencié. Divers tests médicaux sont programmés ce matin et, vendredi, il jouera à nouveau avec les Espoirs. De quoi nourrir de sérieux espoirs quant à sa participation au match de dimanche ? "Il ne faut pas aller trop vite, poursuit le préparateur physique liégeois. D’un point de vue purement physique, j’estime qu’il n’est pas apte à jouer un match entier. Mais il existe des solutions intermédiaires et, in fine, c’est le coach qui décide."

Le Standard s’est renforcé par ailleurs. Mercredi, Gicu Grozav a paraphé un contrat le liant aux doubles champions de Belgique pour trois saisons et deux années supplémentaires en option.

Son club, Unirea Alba Iulia, et le Standard sont finalement tombés d’accord sur une indemnité de transfert évaluée à 350 000 euros, majorés de 15 % sur la revente du joueur.

Le jeune attaquant a donc quitté, seul, son pays natal pour relever de nouveaux défis. Hier, il découvrait - ou plutôt redécouvrait, puisqu’il avait effectué un test à Sclessin en juillet - les installations de l’Académie. "Je m’appelle Gicu Grozav, j’ai 19 ans et je suis un attaquant gauche", nous a-t-il dit en anglais, visiblement impressionné par l’intérêt médiatique suscité par son arrivée. Gicu, qui est aussi international espoir, a été attiré à Sclessin par Bölöni. "Je suis heureux d’être ici, car le Standard est un club important en Belgique. Bölöni est un bon entraîneur. Je suis au Standard parce qu’il y est. "