Si tu mets un but en Ligue des Champions, tu pourras ajouter un 0 à ton contrat."

La phrase de Laszlo Bölöni à l’adresse de Milan Jovanovic est claire : la C1 est la meilleure vitrine possible. L’égalisation de Moussa Traoré contre l’AZ, mardi, a été vue par l’Europe entière. Mais aussi chez lui, en Afrique.

"J’ai vu le résumé du match. J’étais fou de joie quand Moussa Traoré a marqué", raconte Sirima Lassina.

Le Président du Club de Football de Ouagadougou est fier de son ancien joueur. C’est lui qui a placé l’attaquant ivoirien au Standard.

"Je n’en suis pas à mon premier coup en Belgique : c’est aussi moi qui ai amené Dagano au GB puis Bancé et Maazou à Lokeren. Mais Lokeren a été malhonnête avec moi, donc maintenant je traite avec le Standard."

C’est à l’occasion de la CHAN (l’équivalent de la CAN mais réservée aux joueurs évoluant en Afrique) que Sirima Lassina est entré en contact avec Dominique D’Onofrio, présent sur place pour rencontrer Trésor Mputu notamment.

"Il savait que j’avais placé de bons joueurs en Belgique et qu’il pouvait me faire confiance. Je lui ai dit que je n’en faisais pas une question d’argent : je donne la chance aux bons joueurs pour qu’ils aident mon club, mais je suis très heureux quand je peux faire avancer leur carrière. Cela permet aux joueurs d’aider leur famille. Moussa Traoré se bat pour mettre les siens à l’abri du besoin."

Les parents, le frère et la sœur de Moussa Traoré habitent à Bouaké, en Côte d’Ivoire. C’est là que l’Ivoirien est né et qu’il a débuté le foot, dans la rue. Mais c’est à Santos, un club basé à Ouagadougou, qu’il a été repéré par Sirima Lassina en 2006.

"J’ai directement vu qu’il avait du talent. Il peut percer en Europe. Je suis confiant : il a du caractère, il veut toujours gagner. Il adore Torres. Ici, il se faisait appeler comme cela, d’ailleurs. S’il peut faire le quart de ce que fait le joueur de Liverpool, je serai très content On le surnommait aussi le petit Dindane Hors du terrain, il est toujours souriant. Il est timide avec les gens qu’il ne connaît pas et il ne parle pas beaucoup, mais c’est un gentil garçon. Il est passionné et très travailleur. Le football, c’est tout pour lui. S’il reste sérieux et qu’il est bien entouré, on reparlera de lui."