© Martin

Football

Suspense, spectacle et recettes

CHRISTOPHE BLAIVIE

Publié le - Mis à jour le

A cette époque de l'année, les séries rendent leurs verdicts. Certains sont irréversibles à l'issue de la phase régulière du championnat. Les champions montent automatiquement dans la division supérieure et les deux (D 2 et D 3) ou trois derniers classés (séries promotionnaires) descendent automatiquement.

TOURS FINALS

A côté de ces verdicts séculaires qui tombent comme des couperets, nos instances footballistiques ont échafaudé des tours finals et autres barrages afin de pimenter un peu les fins de championnat en impliquant sportivement un maximum d'équipes le plus longtemps possible.

«Prenez l'exemple de la division 2, nous disait David Delferière, un des vingt «sages» du comité exécutif de l'Union belge. Lommel est champion avec neuf points d'avance, ce qui veut dire que l'intérêt du championnat pour la montée, sans la présence d'un tour final, se serait éteint à quatre journées de la fin. Même chose pour la descente, alors que Hekelgem et Ostende étaient largués depuis longtemps, le suspense était de mise pour éviter le fauteuil de 16e , qui est barragiste. Jusque Strombeek, dixième classé, personne n'était rassuré avant l'ultime journée. Si l'intérêt sportif s'en trouve grandi, par corollaire, les clubs enregistrent de bonnes recettes jusqu'à la fin du championnat et parfois au-delà.» Seul petit hic d'après David Delferière, mais il est minime par rapport à l'intérêt général suscité, la formation des jeunes: «Une équipe qui n'avait plus rien à perdre ou à gagner dans un championnat pouvait se permettre de lancer des jeunes dans la bagarre. Ceux-ci pouvaient fourbir leurs armes sans trop de pression. Aujourd'hui, un entraîneur hésitera à deux fois avant de lancer un novice dans un match à enjeu»

C'est la division 2 qui a servi de laboratoire à un système qui s'est généralisé il y a une petite décennie. Dans la plupart des divisions, le deuxième du général est d'office qualifié pour le tour final, ainsi que les trois vainqueurs de tranches. Si le vainqueur d'une tranche est champion ou deuxième du général, il est remplacé au tour final par le club, non encore qualifié pour le tour final, le mieux classé au général Les quatre qualifiés se disputent la montée en division 1 au travers d'un mini-championnat en matches aller-retour. En cas d'égalité parfaite à l'issue de cette compétition, le montant sera l'équipe la mieux classée lors du championnat «régulier».

L'INVITÉ SURPRISE

Ainsi découpés en trois tranches (de 10 matches en D 3, promotions et provinciales et de 10 et 12 matches en D 2), les championnats ont parfois réservé quelques surprises de taille. Ainsi, en 1977, La Louvière, après avoir glané six points sur vingt en début de championnat, remporta la deuxième tranche. Les

Loups de l'époque participèrent au tour final où ils gagnèrent leur ticket pour la division 1

Cette année, en promotion D, le Stade Brainois est passé du statut de rélégable en début de championnat à celui de possible vainqueur de la troisième tranche pour finalement décrocher une place dans le ventre mou du classement.

Les scénarios les plus alambiqués sont possibles même si, en aucun cas, une équipe descendante d'office ne pourra participer à un tour final pour la montée.

© La Libre Belgique 2001

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous