© Photo News

Football

Tchéquie - Belgique : 20 minutes et puis plus rien

Y.T.

Publié le - Mis à jour le

La Belgique a complètement loupé son nouveau départ. Après un début prometteur, elle a été balayée par Polak et consorts. Ces Diables-là peuvent craindre le pire en Espagne.

Pourtant, la Belgique entamait le match sur les chapeaux de roue. Après 35 secondes, déjà, De Sutter aurait dû offrir le 0-1 à Fellaini, après une erreur dans la défense locale. Mais la passe de l’attaquant était trop molle. Sous l’impulsion d’un Fellaini omniprésent, la Belgique dominait les 20 premières minutes. Hazard multipliant les jolis dribbles. Après un petit pont judicieux, Vertonghen trompait Cech des 20 mètres d’un tir tendu dans le coin droit.

Le 0-1 n’était pas volé du tout. Mais avant la demi-heure de jeu, les Tchèques se montraient plus menaçants. En première instance, les attaques rapides par les flancs n’aboutissaient pas, mais le premier tir au but - un coup franc de Plasil - faisait mouche. Surpris, Stijnen ne pouvait pas dégager le ballon suffisamment loin, et Hubnik était plus prompt que Van Buyten (1-1).

La Belgique devenait alors de plus en plus imprécise dans ses passes, tandis que les attaques tchèques se succédaient. A part un tir de Dembélé sur Cech et quelques tentatives de débordement de Hazard, les Diables ne parvenaient plus à se distinguer.

De l’autre côté, cela chauffait de plus en plus. Stijnen devançait Baros, Plasil tirait au-dessus et Polak sur le poteau. Au rebond, Sverkos poussait Van Buyten à la faute. Penalty de Baros et 2-1 pour les Tchèques.

Les quelques remplacements ne changeaient pas la physionomie du jeu, même si Sonck était à un poil de tromper Cech sur un coup franc à moitié raté de Defour. Mais ensuite, les tentatives tchèques s’enchaînaient. Heureusement, Sverkos et Jarolim se voyaient contrés ou loupaient l’objectif, et Vanden Borre sauvait un lob. Des tirs de loin de Vertonghen et Defour étaient la seule réplique belge.

Sans Fellaini, remplacé tout comme De Sutter et Vermaelen, il manquait visiblement du poids à l’entrejeu. Si Polak se régalait, Rozehnal (ex-Bruges) était le seul à pouvoir trouver le chemin des filets, sur un corner mal dégagé. Pourtant, Pudil et autres auraient pu tromper Stijnen bien plus souvent.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci