Le Diable Rouge Thomas Vermaelen fait désormais officiellement partie des Blaugranas. Le défenseur d'Arsenal, 28 ans, a signé samedi un contrat de cinq ans avec le FC Barcelone, a annoncé le club catalan sur son site internet. Arsenal et le Barça sont en effet parvenus à un accord pour un transfert définitif du Belge, qui a passé avec succès la traditionnelle visite médicale. L'accord porterait sur un montant d'environ 15 millions de livres (19 millions d'euros).

"Thomas Vermaelen est un leader naturel, qui a déjà été capitaine à l'Ajax et à Arsenal malgré son jeune âge", est-il écrit sur le site du Barça. "Il évolue comme back central, a un physique impressionnant, possède une excellente technique et lit très bien le jeu." Malgré qu'il disposait d'encore un an de contrat avec Arsenal et que Manchester United était également sur les rangs pour s'offrir ses services, le Diable a donc préféré opter pour la Liga espagnole. "Vermaelen va sans doute nous quitter parce qu'il doit jouer", avait déclaré jeudi Arsène Wenger, l'entraîneur français des Gunners. "Nous sommes arrivés à un point où il est difficile de le retenir", avait-il ajouté.

Quel système défensif pour le Barça ?



Dans quel dispositif évoluera Thomas Vermaelen ? Luis Enrique conservera-t-il le traditionnel 4-3-3 barcelonais ? Ou optera-t-il pour un 3-5-2 plus audacieux ? Dans le premier cas, notre compatriote pourrait faire équipe avec Gérard Piqué, qui porte comme une fardeau son statut de successeur de Carles Puyol. Mais le nouveau coach du Barça dispose également de deux autres options avec Marc Bartra et Jérémy Mathieu. Pur produit de la Masia, le jeune Espagnol de vingt-trois ans peine lui aussi à s'imposer au plus haut niveau. Quant au Français, il a coûté la somme de vingt millions d'euros. Pas sûr donc que la direction catalane souhaite le voir cirer le banc après avoir déboursé un tel montant. Mais l'ancien de Valence peut aussi évoluer à gauche, en cas de défaillance de Jordi Alba, habituellement utilisé à ce poste.


Sans oublier qu'Alexandre Song, qui n'a pas convaincu l'an dernier, peut lui aussi servir de roue de secours, tout comme Javier Mascherano. Auteur d'une très belle Coupe du monde, le chien de garde argentin n'est toutefois pas défenseur de formation et est nettement plus à l'aise un cran plus haut. Il n'empêche, il a déjà rendu de fiers services dans la charnière centrale.


Si au contraire Enrique préfère mettre en place une défense à trois éléments, l'étau sera d'autant plus serré. Car il faudra alors composer avec des joueurs comme les premiers cités, ainsi que Dani Alvès. Certes, le Brésilien sort d'un Mondial très compliqué, où il a laissé le souvenir d'un latéral droit constamment hors position. Il n'empêche, le Brésilien de trente-et-un ans est avide de revanche et n'aspire qu'à retrouver son meilleur niveau. Et si faire confiance à un joueur doté d'un tel tempérament offensif est extrêmement dangereux dans un système à trois arrières, il faudra tout de même lui passer sur le corps pour se faire une place au soleil. Pas une mince affaire, même pour un gaillard comme Vermaelen.