Youri Tielemans explique pourquoi il va prolonger, mais évoque également son avenir et sa méforme des dernières semaines.

Youri Tielemans face aux journalistes, cela arrive aussi souvent qu’un match nul d’Anderlecht à Arsenal après avoir eu trois buts de retard. Mais jeudi en début d’après-midi, c’est lui-même qui a décidé de venir dans la salle de presse cossue de l’hôtel Principe Felipe de La Manga.

"J’ai un message à faire passer : j’ai un accord pour signer un nouveau contrat jusqu’en 2019 avec le club le jour de mon 18e anniversaire (NdlR : le 7 mai). C’est moi qui ai pris cette décision en tant qu’homme pour rendre aux gens du club toute la confiance qu’ils placent en moi."

Une déclaration qui confirme ce que nous écrivions la veille. Tielemans va attendre d’avoir atteint sa majorité pour s’engager à plus long terme avec le Sporting. "On a juste évoqué des problèmes dans mon entourage qui expliqueraient que j’attende mon 18e anniversaire. Tout cela est privé. Mais mon 2e contrat ici, je voulais le signer en tant qu’homme. C’est une décision que j’ai prise seule. J’ai écouté les différents avis et puis j’ai tranché."

Vous serez donc bientôt engagé pour quatre saisons supplémentaires avec Anderlecht. Cela signifie-t-il que vous allez encore rester quelques années ici ?

"Ce qui se passe après, on verra. Je voulais resigner ici car c’est mon club de cœur. Je voulais rendre quelque chose à Monsieur Van Holsbeeck et au président."

Si on lit entre les lignes : ça veut dire que grâce à votre geste, Anderlecht pourra demander une plus grosse indemnité de transfert.

"Ce n’est pas une question d’argent mais de respect pour mon club formateur."

Les rumeurs de transfert reviennent pourtant souvent autour de vous. On parle de Dortmund, de la Juventus et de bien d’autres encore.

"Je ne pense pas trop à ça. Je suis totalement focalisé sur Anderlecht."

Les jeunes talents qui ont quitté notre championnat l’été dernier ont souvent eu du mal à gagner leur place à l’étranger. Cela vous fait-il réfléchir ?

"J’ai confiance en moi, mais je pense évidemment à ne pas partir trop tôt. Je pense d’abord à bien jouer avec le Sporting puis on verra."

Bien jouer avec le Sporting, dites-vous. Ce fut justement moins le cas ces dernières semaines. Cela joue-t-il sur votre moral ?

"Non, ça ne me stresse pas du tout. Je travaille beaucoup et je fais un bon stage pour le moment. Je fais tout pour réaliser un bon deuxième tour."

La combinaison football et études secondaires a-t-elle une influence sur votre forme ?

"Ce n’est pas toujours évident de tout combiner. J’ai eu mes examens avant les vacances. Cela joue, mais ce n’est pas une excuse. Et le plus important : j’ai eu un beau bulletin." (rires)

La deuxième saison est toujours présentée comme la plus difficile. Le ressentez-vous comme d’autres jeunes dans le passé ?

"Oui, c’est vrai. Il y a plus de critiques et plus de pression. J’essaie juste de ne pas prêter trop attention à ça et de jouer mon jeu."

Votre jeu justement. Paul Van Himst a déclaré que vous preniez encore trop de risques sur le terrain.

"Ces prises de risque ont toujours fait partie de mon jeu, déjà chez les jeunes où on me faisait aussi la remarque. Je dois jouer plus vite parfois. Les passes risquées aux moments inopportuns, je dois corriger ça."

On a aussi l’impression qu’il y a encore une complémentarité à trouver entre Steven Defour et vous.

"L’an passé, je jouais à côté de Cheikhou (Kouyate) et son style était totalement différent de celui de Steven. On travaille ça à l’entraînement et je suis sûr que ça finira par venir."

Entre-temps, Leander Dendoncker s’est affirmé.

"Oui, il a vraiment très bien joué lors des trois-quatre derniers matches. Il y a plus de concurrence, c’est sûr, mais on reste de très bons potes."

Vous vous êtes retrouvé sur le banc lors des dernières semaines, notamment à Dortmund. Ce fut un coup dur ?

"J’avais beaucoup parlé avec l’entraîneur avant ce match à Dortmund. Il voulait que je me repose, notamment parce que j’étais en examens. Il avait raison : ça m’a fait du bien et je me suis senti libéré par la suite."

Que devez-vous encore travailler pour continuer votre progression ?

"Je dois prendre plus de volume. Je dois courir plus avec et sans le ballon. Surtout sans le ballon. (sourire) Je dois plus prendre la profondeur."

Ne devriez-vous pas aussi avoir de meilleures statistiques vu la qualité de votre frappe ?

"Oui, c’est vrai. Chez les jeunes, j’ai marqué beaucoup. On m’a d’ailleurs demandé de plus tenter ma chance cette saison. J’essaie de le faire, mais ça ne rentre pas encore toujours."

© Photos News

D’autres jeunes vont aussi prolonger

La future prolongation de Tielemans ne sera pas la seule dans les prochaines semaines à Anderlecht. Herman Van Holsbeeck veut blinder les contrats d’autres jeunes promesses du club. Lors de son séjour à La Manga, le manager général va discuter avec Davy Roef, Leander Dendoncker, Andy Kawaya et Nathan Kabasele. "On veut leur montrer notre respect et les récompenser. Quand je vois par exemple comment Roef joue, je me dis qu’il est de la graine des grands gardiens."

Des prolongations qui vont augmenter la masse salariale du club. "Cela équivaudra à un transfert en gros, mais ces contrats seront aussi axés sur les bonus, comme on le fait maintenant. Si les objectifs sont atteints, on paiera et on le fera avec plaisir."

© Photos News

"Youri brûlera en enfer s’il ne signe pas"

Van Holsbeeck est sûr de son coup et estime que Tielemans vaut déjà "entre 15 et 20 millions".

Assis à côté de Youri Tielemans à un bout de la table (alors que le joueur lui avait proposé la place du centre car il est "quand même le boss ici"), Herman Van Holsbeeck était fier comme un papa avec son fils en voyant l’aisance du joueur de 17 ans face à la presse. "Je n’avais vu ça qu’une fois dans ma carrière, c’était avec un gars qui joue maintenant à Manchester City. Comme Vincent Kompany, Youri dégage énormément de maturité. Il est de la graine des grands."

Le 7 mai, il pourra s’engager à plus long terme avec sa pépite.

"Mais je n’ai jamais douté de la prolongation de son contrat. Il voulait continuer son développement ici et c’est un signe important pour le club et sa politique de jeunes. J’espère qu’il restera encore avec nous plusieurs années. Ici, il peut jouer de grands matches et c’est important pour son évolution. Musonda a décidé de partir à seize ans et il joue toujours en U21 , même si c’est à Chelsea. Quand il partira, Youri aura déjà prouvé au plus haut niveau."

Si la signature n’a pas encore été apposée sur le nouveau contrat, le manager général ne doute pas que son jeune joueur tiendra sa promesse. "On ne lui a pas mis de pression. Il m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit : "Je signerai quand j’aurai 18 ans. Que je brûle en enfer si je ne le fais pas." C’est rare dans le monde du football."

Youri Tielemans ne fera évidemment pas toute sa carrière au Sporting. Tôt ou tard, il s’envolera vers une plus grande compétition. "Et on saura quand il est temps de le faire, comme on l’avait fait avec Kompany ou Lukaku dans le passé. Sa valeur est déjà très grande. Actuellement, cela tourne entre quinze et vingt millions. A-t-on déjà eu une offre ? Je dis juste que c’est sa valeur. (sourire) Il ne pourrait être acheté que par un des vingt clubs les plus riches du monde."