Le Parquet avait réclamé une suspension de cinq journées.

La Commission de discipline de l'Union belge de football (URBSFA) a décidé de suspendre Benito Raman, joueur de La Gantoise, pour trois rencontres dont deux avec sursis, coupable d'un dérapage verbal au micro du stade à l'issue de la rencontre entre La Gantoise et Courtrai (3-0) lors de la 20e journée de Jupiler Pro League. Le joueur devra également s'acquitter d'une amende de 1.200 euros.

L'ailier des "Buffalos", 21 ans, manquera donc le choc de dimanche qui verra les Gantois accueillir le Sporting d'Anderlecht (14h30). Raman a dû comparaître devant la Commission après avoir lancé le 20 décembre dernier au groupe de supporters de la Ghelamco Arena en visant ceux du Club Bruges un "alle boeren zijn homo's".

Le Parquet avait réclamé une suspension de cinq journées, se basant sur l'article 58 du Code disciplinaire de la FIFA qui stipule que "toute personne qui discrimine quelqu'un pour sa race, sa couleur, sa langue, ou son appartenance religieuse doit être suspendu pour minimum cinq rencontres. En outre, une interdiction de stade et une amende de 20.000 francs suisses (18.500 euros) peuvent être imposées."

Le procureur fédéral a laissé entendre pendant les plaidoiries qu'une peine moins sévère était envisageable. La Commission de discipline a ensuite prononcé une suspension d'un match. "Le Parquet, La Gantoise et les avocats de Benito Raman étaient d'avis que le joueur avait déjà subi une certaine punition par l'intermédiaire des médias", a déclaré la Commission de discipline. "Raman a fait amende honorable et a déjà été suspendu par son club."

Le leader du championnat a également mentionné avoir déjà pris des mesures pour son jeune joueur. En plus de sa suspension, il doit faire une croix sur un partie de son salaire mensuel et est désormais accompagné par une cellule psychologique. A noter que La Gantoise n'ira pas en appel de la suspension prononcée par la Commission de discipline de l'Union belge de football.