Si la fin du championnat s'avère aussi vibrante que celle du match qui a opposé vendredi Anderlecht et le Standard, ce sont les amateurs d'émotions fortes qui vont définitivement se réconcilier avec le ballon rond. Et pourquoi n'en irait-il pas ainsi quand on remarque qu'à quatre journées du terme de la compétition, pas une seule décision n'est encore tombée et qu'il n'est, en effet, pas impossible qu'il faille attendre le tout dernier week-end pour connaître le nom du champion, celui du club qui sera invité à participer à la prochaine Coupe de l'Uefa et, enfin, ceux des deux formations qui seront condamnées à la culbute à l'étage inférieur? Pour ce qui concerne le titre, on signalera que le Club Bruges, toujours flanqué de six points d'avance sur Anderlecht, doit encore effectuer trois déplacements (Mouscron, Mons et St-Trond) pour un seul match à domicile contre le... Sporting. Mission qui n'a certes rien d'impossible mais qui ne constitue pas, non plus, une simple promenade de santé. Quant à Anderlecht, il sait depuis longtemps à quoi s'en tenir: il doit gagner tous ses matches, dont celui qu'il disputera à Bruges, et espérer que son rival, lui, entre-temps, perde de précieuses plumes. Tout cela pour, peut-être, tendre vers l'hypothèse la plus affriolante: un test-match entre les deux équipes pour l'attribution du titre! Soutenu, le suspense le sera aussi, et sans doute jusqu'au bout, pour savoir qui du Standard, du RC Genk et même de... Charleroi va, en fin de compte, s'emparer de la troisième place sur le podium. A priori, des trois, c'est le Standard qui, sur le papier, possède le calendrier le plus aisé, d'autant que ses deux poursuivants vont s'affronter lors de l'avant-dernière journée. Mais quand on sait que pour les Liégeois, une qualification européenne est vitale, alors qu'elle constitue pour les Carolorégiens un simple... bonus, c'est écrire combien la pression, ces prochaines semaines, va monter du côté de Sclessin. Une pression qui pourrait difficilement monter encore plus du côté du FC Brussels, qui a récupéré la lanterne rouge après son échec de samedi à Ostende, et dont la seule lueur d'espoir s'accroche à son calendrier (seul un match à Charleroi le mettra aux prises avec un club en lutte pour un objectif), en principe un tantinet plus facile à digérer que celui qui attend Ostende (déplacements à Genk et à La Louvière, puis l'accueil du Standard le dernier jour) et, surtout, Mons, lequel doit, en effet, recevoir Bruges et se déplacer à Anderlecht lors de l'ultime journée. Comme on le voit: tout est donc encore possible... partout! Qui a dit tant mieux?

© Les Sports 2005