Le Jan Breydel Stadion en frémit toujours. De stupeur et d'admiration mêlées. Les travées brugeoises accompagnent encore du regard cet obus, d'une pureté de cristal, qui avait fusé du pied droit de Bertrand Crasson pour aller graver anticipativement dans le socle le vingt-sixième titre d'Anderlecht, en 2001. À l'aube de cette 32e journée déterminante-là, le Sporting précédait déjà Bruges de deux unités. Il n'allait plus rien céder tout au long des cent quatre-vingts dernières minutes du Championnat. Quatre ans plus tard, l'événement ne pourra pas se répéter. D'abord parce que les deux rivaux éternels ont inversé leur position. Ensuite parce que l'écart entre le Club et le Sporting n'offrira plus à Anderlecht, en cas de prouesse dans la Venise du Nord conjuguée avec un effondrement subit et totalement imprévisible de Bruges, que le droit à un test-match, comme en 1996. Le Sporting peut-il y croire? La légendaire et glorieuse incertitude du sport, qui a déjà initié des renversements plus spectaculaires encore, doit l'y inciter. La raison le laisse infiniment plus sceptique, même si Saint-Trond, qui clôturera la saison contre le Club, tend à s'ériger, ces dernières années, en bête noire pour Bruges, comme Westerlo l'est pour le Sporting. Grâce soit toutefois rendue à Anderlecht et... à Mons d'avoir préservé le suspense majeur, même légèrement illusoire, jusqu'à l'avant-dernière journée au moins. L' Albert n'aura guère profité de sa performance contre les leaders. Il apparaît même - avec Charleroi dans une moindre mesure - comme le grand perdant de cet antépénultième tableau d'une compétition tardivement passionnante à suivre. Avant de postposer le titre de Bruges, les Montois n'accusaient qu'un point de retard sur la première place salvatrice. Ils en concèdent aujourd'hui trois de plus... et ils achèveront la saison à Anderlecht. Saint-Trond s'étant porté hors d'atteinte hier après-midi, cinq clubs sont encore concernés par la relégation. Leur courbe de progression au cours des dix dernières journées est édifiante: Beveren n'a glané que cinq points, Mouscron en a arraché sept, Mons huit, Ostende onze et le Brussels seize... dont treize sous l'égide de Robert Waseige. Mouscron, qui transit vraiment, va défier deux rivaux directs, dont Mons au Tondreau. Un partage sauverait l'Excelsior si La Louvière lui donnait un coup de pouce en ne perdant pas contre Ostende. Ce dimanche de Pentecôte pourrait ainsi entériner tous les verdicts, si Genk ne gagne pas, à l'inverse du Standard. Mais une autre éventualité existe: un test-match pour... la Ligue des Champions entre Anderlecht et le Standard!

© Les Sports 2005