Envoyé spécial à la Manga

Non, Romelu Lukaku ne tient sincèrement pas à remporter le Soulier d’Or. Ce n’est pourtant pas de la fausse modestie, mais bien de l’ambition. Le prodige du Sporting sait ce qu’il veut. Et ce qu’il ne veut pas : devenir un "petit Soulier d’Or". Le jour où il recevra ce trophée, il veut l’avoir mérité. Nous avons rencontré le jeune attaquant pour qu’il nous confie ses sentiments par rapport à son statut d’outsider et à son incroyable saison.

Méritez-vous le Soulier d’Or ?

Non. Car je n’ai pas encore suffisamment fait mes preuves dans les grands matches de championnat et dans les rencontres européennes. Je dois encore m’améliorer si je veux gagner ce trophée.

Ce n’est pourtant pas donné à tout le monde de marquer deux buts à l’Ajax…

Ce n’était que l’un de mes six matches européens ! Et en championnat, je n’ai pas montré grand-chose face à Bruges et à Gand. Pour devenir un joueur du top, il faut aussi se distinguer dans ce genre de rencontres.

Qu’est-ce qui vous manque encore pour y parvenir ?

L’expérience, tout simplement.

Vous êtes humble, mais vous avez tout de même réalisé une demi-saison exceptionnelle…

J’avoue que je ne m’attendais pas à ça. C’était mon but, mais je ne pensais pas que tout cela arriverait si vite. Mais je parviens à m’adapter à tout ce qui se passe autour de moi, grâce à l’entraîneur, à mon accompagnateur Peter Smeets et à mon père.

Quels ont été vos meilleurs souvenirs de cette année 2009 ?

En Coupe d’Europe, c’est le match à l’Ajax. En championnat, je retiendrai surtout mon premier but, à Zulte Waregem, et la première fois que j’ai marqué à domicile, face au Germinal Beerschot.

Quelle sera votre réaction si vous remportez tout de même le Soulier d’Or ?

Je serais plus étonné que content. Car, pour être vraiment content de gagner ce prix, il faudrait que j’aie réalisé ce que fait un grand attaquant : être présent dans tous les matches. Genk est le seul grand club contre lequel j’ai marqué. Lors de mes deux derniers matches, à Gand et contre Zulte Waregem, je me serais même donné un 3 sur 10 !

Qui espérez-vous voir gagner ?

Mbark Boussoufa. Il a été présent dans tous les grands matches, de janvier à décembre, en marquant et en délivrant des assists. Je serai plus content si c’est "Bouss" qui remporte le Soulier d’Or que si c’est moi ! J’espère toutefois gagner ce prix plus tard : c’est la plus belle récompense en Belgique pour un joueur de foot. Mais pas tout de suite.

Le comportement des défenseurs a-t-il changé à votre égard ?

Tout à fait. Ils sont devenus bien plus sévères avec moi. Ils essaient de me perturber, notamment en donnant des coups. Mais jamais quelqu’un n’a essayé de me déstabiliser verbalement et heureusement, je n’ai pas été confronté au racisme.

Ariël Jacobs a dit que vous étiez trop critique envers vous-même.

Si le coach le dit, c’est sans doute vrai. Et il n’est pas le seul à l’affirmer Mais je suis comme ça. Si je veux atteindre des sommets, je dois poser ma griffe sur les grands matches. En marquant, mais aussi en étant présent dans le jeu.

Quels sont vos objectifs personnels pour la deuxième partie de saison ?

Tout simplement d’être plus fort qu’au premier tour ! Je dois davantage dominer mes adversaires, en me montrant plus imprévisible. Je sens que les défenseurs savent mieux ce que je vais faire, c’est donc à moi de changer ma façon de jouer. Un autre objectif sera évidemment de marquer plus de buts !

Vous vous sentez prêt pour rejoindre l’équipe nationale A ?

(Il réfléchit quelques secondes) . Quand Monsieur Advocaat décidera de m’appeler, c’est que ce sera le bon moment. En attendant, ça reste un rêve.