Anderlecht s'est qualifié sans souci pour l'Europa League.

Anderlecht s'est imposé jeudi en match retour des barrages de l'Europa League, 3-0 contre le Slavia Prague. Les Mauves ont confirmé au stade Constant Vanden Stock leur probante victoire du match aller, remporté 0-3 une semaine auparavant, et se qualifient sans encombre pour la phase de groupes de la C3, dont le tirage au sort aura lieu vendredi.

René Weiler, qui avait indiqué cette semaine qu'il trouvait le va-et-vient du mercato estival perturbant, avait été forcé de modifier quelque peu son onze de base par rapport au match aller. Dennis Appiah, déjà absent de la feuille de match pour le déplacement à Eupen de dimanche, était remplacé par Michaël Heylen dans la défense mauve. Dennis Praet ayant entre-temps été transféré à la Sampdoria et Idrissa Sylla débutant sur le banc, la nouvelle recrue espagnole Diego Capel ainsi que Stephane Badji étaient repris dans le onze de base.

Après 20 premières minutes pauvres en occasions franches, le match a réellement décollé avec le premier but des vice-champions de Belgique, un penalty transformé par Youri Tielemans (22e). Le deuxième but est tombé 5 minutes avant la pause, également sur penalty, discutable toutefois. Cette fois, c'est Lukasz Teodorczyk qui s'est chargé de placer le ballon au fond des filets défendus par Martin Berkovec. Le Polonais, arrivé cet été au Parc Astrid en prêt du Dynamo Kiev, et qui avait marqué le but du 0-2 à l'aller, a inscrit son 4e goal en match officiel sous la vareuse mauve.

A la 50e minute, Hanni est passé à deux doigts du 3-0, mais le poteau en a décidé autrement. Michaël Heylen s'en est finalement chargé à la 61e, d'une fantastique frappe lointaine du gauche qui a fixé à 3-0 le score final d'un match globalement dominé par les hommes de René Weiler, sous le regard du nouveau sélectionneur national Roberto Martinez.

REVIVEZ NOTRE LIVE

René Weiler: "J'ai vu une équipe qui travaille ensemble"

Après la nouvelle victoire des Mauves face au Slavia Prague, 3-0 jeudi en barrage retour de l'Europa League, le coach René Weiler a surtout souligné qu'il avait apprécié de voir ses hommes "jouer ensemble".

"J'ai vu une équipe qui travaille ensemble, et c'est toujours l'objectif", a-t-il indiqué, satisfait;

Deux des trois buts de la rencontre ayant été marqués sur penalty, les spécialistes maison de l'exercice ont eu une importance non négligeable lors de ce match. "On a des joueurs qui sont plus forts que d'autres pour tirer des penalties", a précisé l'entraîneur, qui a d'abord vu Tielemans planter le 1-0 avant que Teodorczyk ne transforme le deuxième penalty. Ce qui, à un moment, était devenu un réel problème au sein du club bruxellois, n'a pas assombri la fête jeudi. "Ce n'est pas seulement la technique, c'est aussi le sang froid, il ne faut pas être stressé. On a deux, trois tireurs de penalties dans l'équipe, peut-être quatre", et, dans cette liste, les principaux intéressés se décident au moment opportun, a laissé entendre le Suisse.

Celui qui avait indiqué durant la semaine ne pas voir d'un bon oeil les perturbations provoquées par le mercato toujours très actif du côté du Parc Astrid, n'a pas voulu se prononcer sur les nouvelles arrivées espérées au Sporting. Esquivant toutes les questions nommant des joueurs liés par les rumeurs à Anderlecht, il a seulement laissé échapper que ce serait "pas mal" d'accueillir un nouvel ailier.

"Ce serait pas mal, mais comme on a dit, Hanni peut aussi jouer à différentes positions. J'aime bien que les joueurs puissent occuper différents postes, pour être créatifs".

Le coach a finalement applaudi la (belle) surprise du jour, Michaël Heylen et sa frappe magistrale venue sceller le score à 3-0. Absent du onze de base une semaine plus tôt, le défenseur était titularisé jeudi soir, en remplacement d'Appiah qui n'est pas encore suffisamment rétabli. "C'est un but fantastique, je me réjouis pour lui. Un but incroyable... Il va bien dormir cette nuit!", a rigolé Weiler.

Appiah était quant à lui "espéré jusqu'au dernier moment". "On va faire le maximum pour qu'il puisse prendre part à la rencontre de dimanche, face à La Gantoise, précise-t-on chez les Mauves.

© Belga

Genk s'impose face au Lokomotiva Zagreb

Tenu en échec 2-2 lors du match aller en Croatie, le Racing Genk s'est imposé 2-0 face au Lokomotiva Zagreb dans le cadre du barrage retour de l'Europa League jeudi soir à la Luminus Arena de Genk.

Pour cette rencontre, Peter Maes avait opté pour le même onze de départ que lors de la 4e journée de Jupiler Pro League à Lokeren dimanche dernier (0-3). Un choix payant pour l'entraîneur limbourgeois, puisque ses hommes ont rapidement pris l'avantage dans la rencontre. Mbwana Samatta profita en effet d'un excellent service de Leon Bailey pour contrôler et frapper en force dans la lucarne adverse (2e, 1-0). Un score que Genk, qui jouait essentiellement sur contre-attaques, conserva jusqu'au repos.

Dès l'entame du second acte, Genk a fait le break par l'entremise de sa pépite jamaïcaine, Leon Bailey. Le jeune limbourgeois glissa le ballon dans le petit filet gauche adverse et ne laissa aucune chance à Daniel Zagorac (2-0). Le score n'évolua plus. Il permet au Racing Genk de retrouver les poules de la Ligue Europa. Ce qu'il n'était plus arrivé à faire depuis la saison 2013-2014.

Reversés au sein du pot 2, les Limbourgeois connaîtront leurs adversaire de la phase de groupes lors du tirage au sort prévu vendredi à 13h à Monaco.

© BELGA

Gantoise contrôle avant d'assommer Shkendija en 2e période

Après avoir difficilement remporté le match aller à domicile (2-1), La Gantoise n'a pas tremblé à Skopje. Les Buffalos se sont en effet imposés 0-4 à Shkendija, arrachant une indiscutable qualification pour la phase de poules de l'Europa League. Tous les buts sont tombés en seconde période: Kalifa Coulibaly (60e, 69e), Jérémy Perbet (81e) et Renato Neto (86e)

La Gantoise a tenté de garder le ballon le plus longtemps possible afin de préserver le mince avantage acquis à l'aller.

En première période, les Buffalos ont accompli leur mission: 60% de possession de balle. Cette tactique leur a certes permis de contrôler la rencontre et de se créer de nombreuses occasions. Mais elles ont toutes été gaspillées. La prestation des Gantois a débuté par une carte jaune pour Lasse Nielsen pour une faute sur Ferhan Hasani (2e).

Une première alerte vite contrecarrée par Danijel Milicevic manifestement boosté par sa première sélection avec la Bosnie (3e). Sur coup franc, le milieu a servi Stefan Mitrovic, qui n'a pas cadré sa reprise de la tête (9e). La Gantoise avait la mainmise sur la rencontre mais elle s'exposait à des contres macédoniens, que Thomas Foket (19e) et Nielsen (40e) ont fautivement enrayés. Les Buffalos ont entre-temps manqué à plusieurs reprises l'ouverture du score par Moses Simon (20e), Milicevic (25e) et Coulibaly (26e).

Les Gantois ont entamé la seconde période sur le même schéma. Mais cette fois, ils n'ont pas laissé passer leur chance.

Ainsi Coulibaly a frappé un premier coup en reprenant de la tête une passe de Kenny Saief (60e, 0-1).

L'attaquant malien a continué en marquant son cinquième but de la compétition (69e, 0-2).

Dès ce moment, Gand n'a plus eu qu'à gérer son avance. Une tâche facilitée par le manque de pression exercée par les Macédoniens.

Monté au jeu, Perbet n'a attendu que 6 minutes pour prouver qu'il avait le sens du but (81e, 0-3). Finalement, Neto a fait oublier son raté du début de match (86e, 0-4).