N'était-ce déjà fait ? L'Argentin Leo Messi s'est encore un peu plus imposé dans le Panthéon du football lundi en rejoignant les monstres sacrés Cruyff, Platini et Van Basten dans le club très fermé des joueurs ayant décroché trois Ballons d'Or dans leur carrière.

Mieux, par ce troisième trophée individuel reçu lundi à Zurich aux dépens des autres finalistes, le Madrilène Cristiano Ronaldo et son coéquipier du FC Barcelone Xavi Hernandez, Messi devient même le deuxième joueur de l'histoire, après Platini, à obtenir trois Ballons d'Or de suite.

Le petit meneur de jeu du Barça étend ainsi encore un peu plus son règne sans partage sur la planète foot, à seulement 24 ans. Et ceci sans contestation possible. Autant son élection en 2010 pouvait être discutée, Messi n'ayant pas remporté la Coupe du monde à la différence d'un Iniesta ou d'un Xavi, autant sa victoire en 2011 n'est pas vraiment une surprise.

Messi, c'est ainsi un palmarès 2011 stratosphérique, doublé d'un talent sans égal. Vainqueur notamment de la Liga, de la Ligue des champions et du Mondial des clubs avec le Barça, "la Pulga" n'aura laissé que des miettes au Real de Ronaldo: une Coupe du Roi gagnée à l'arraché (1-0 après prolongation) par les Madrilènes.

A cela s'ajoute un appétit de buts qui, s'il n'atteint pas tout à fait celui de "CR7", n'a pas grand-chose à envier à celui du Portugais. Si Messi a dû laisser le titre de "Pichichi" (meilleur buteur) de la dernière Liga à Ronaldo, qui l'a devancé au nombre de réalisations avec un record absolu de 40 buts, il s'est rattrapé en ayant de son côté l'honneur d'être le réalisateur le plus prolifique de la Ligue des champions (12 buts), égalant le record établi par Van Nistelrooy en 2002-2003.

Parmi ces buts, certains valent évidemment plus que d'autres. On retiendra ainsi les deux inspirations de Messi lors de la demi-finale aller de la C1 contre le Real Madrid, qui allaient donner un avantage décisif aux Catalans en vue de la qualification pour la finale.

Une finale où le petit meneur de jeu a refait parler la poudre en inscrivant le deuxième but de la démonstration des Blaugrana face au Manchester United de Rooney (3-1).

Mais cette avalanche de chiffres ne saurait suffire à résumer la science du jeu d'"el Diez". Messi, c'est ainsi avant tout le talent à l'état pur, un football porté par une joie enfantine de jouer et de gagner.

Déjà promu "meilleur joueur de tous les temps" par beaucoup quand sa carrière est encore longue, l'Argentin déchaîne tous les superlatifs. "Messi sera le joueur à gagner le plus grand nombre de Ballons d'Or dans l'histoire. Il en gagnera cinq, six, sept, il est incomparable", n'a ainsi pas hésité à prophétiser Cruyff en personne.

"Messi, on ne peut pas le décrire, on le regarde, tout simplement", avait lâché de son côté son entraîneur Pep Guardiola en début de saison quand "la Pulga" était devenu le deuxième meilleur buteur de l'histoire du club devant Kubala.

Entre-temps, l'Argentin a poursuivi son chemin (211 réalisations) et se rapproche de plus en plus des 235 buts de la légende des années 40-50 du Barça, l'Espagnol César Rodriguez. Quant à Xavi, l'international espagnol le sait: il ne peut prétendre, en la présence de Messi, à davantage. Passeur émérite du Barça, il est dans la peau d'un chef d'orchestre qui aurait à diriger le plus grand des premiers violons.

Espérons pour le plaisir de tous qu'en 2012 aussi, Messi le virtuose fasse entendre sa petite musique.

"Je partage ce titre avec Xavi"

"C'est vraiment un très grand honneur", a savouré Lionel Messi (Barcelone). "C'est vraiment un grand plaisir, c'est la 3e fois que j'arrive à le gagner, je remercie tous ceux qui ont voté pour moi, mes équipiers, au Barça et en sélection argentine, mes entraîneurs", a d'abord commenté +Leo+, 24 ans.

"Ce titre, je veux le partager avec mon co-équipier (du Barça) Xavi. Lui aussi, il le mérite. Je vais le partager avec toi (Xavi), car tu le mérites autant que moi", a-t-il poursuivi.

"J'espère qu'on va gagner un maximum de titres avec le Barça et la sélection argentine", a-t-il conclu.