«J'avais évoqué le combat de David contre Goliath, exultait Trond Sollied: j'y décèle la beauté du foot: les petites équipes peuvent réaliser de grandes choses. Ce fut le cas ce soir. J'avais espéré un point. Nous en avons trois: que demander de plus?» Une explication, peut-être, à cette performance: «Nous avons été costauds dans le jeu sans ballon. J'ai beaucoup apprécié que nous soyons parvenus à nous adapter au football du Milan AC. Le champion du monde en titre campe une remarquable équipe de contre-attaque. Notre grand exploit est d'avoir su bien exploiter l'espace abandonné par les Italiens. Pourquoi avons-nous gagné? Parce que nous avons marqué, contrairement à l'Ajax, qui avait pourtant très bien joué lui aussi à San Siro et parce que nous n'avons, cette fois, pas commis d'erreur individuelle.» Evoquant la prestation remarquable de Danny Verlinden, Trond Sollied expliqua: «Un grand gardien doit garder l'équipe dans le match. C'est ce que Dany a réussi à faire à Anderlecht en championnat et ce soir à San Siro.»

Carlo Ancelotti a salué la prestation brugeoise: «Le Club a très bien défendu et a donc bien joué. Bruges alignait une équipe complète et compacte. Verlinden a été excellent. Il fut un des artisans de la victoire brugeoise. Je pense que la physionomie du match retour sera identique à celle-ci.»

© Les Sports 2003