«Nerveux? Non, j'avais froid...»

BRUXELLES Trond Sollied et Herman Helleputte ont noué un bref dialogue à la rentrée au vestiaire: «Vous avez été meilleurs que nous sauf... dans les deux rectangles», a reconnu l'entraîneur norvégien du Club. «Je partage cette appréciation, a opiné le Lierrois du Freethiel. En seconde période, hélas! nous avons accusé quelques absences en défense et commis quelques erreurs dans la couverture. Après le but de Mendoza, nous avons pris un gros coup sur la tête. Je suis content de mes joueurs: ils ont confirmé que Beveren méritait de disputer cette finale, qui s'est révélée une des meilleures de ces dernières années. Le public apprécie toujours une touche technique.»

Trond Sollied, très relax, a avoué: «Quand Beveren a égalisé pour la seconde fois, j'ai pensé qu'on allait droit aux prolongations car rien n'indiquait qu'on marquerait encore. Ai-je craint un mécompte quelconque? Non, parce que les Beverenois ne s'étaient, jusque-là, jamais créé une occasion franche. Je n'avais jamais été nerveux au cours de cette finale. Si j'ai réagi, parfois, c'est parce que j'avais... froid. Nous n'avons pas été très bons. Nous avons trop souvent effectué les mauvais choix en possession du ballon. Mais notre victoire est légitime parce que nous n'avons jamais été menés à la marque.»

Le Norvégien précisa encore: «J'ai préféré Ceh à Blondel pour une question d'automatismes avec Englebert et Simons dans les grands matches...»





LIENS PUBLICITAIRES

"Ascenseurs - Nouvelles exigences de sécurité de l'A.R. du 09/03/2003"

Pour faire un peu de sport certaines personnes empruntent l’escalier plutôt que l’ascenseur. C’est bien ! Il n’empêche, nous passons chaque année, plusieurs heures dans les ascenseurs et trouvons normal que les 75.000 appareils du parc belge nous conduisent, en toute sécurité, aux étages voulus.


lalibre.be ne peut être tenue responsable du contenu de ces liens.

© Les Sports 2004