TUNIS Santos: le nom de ce footballeur vous dit-il quelque chose? Cet ancien Brésilien, tunisien d'adoption, a évolué au Standard de 1996 à 1998. Santos est en effet le nom pris par Francileudo Dos Santos. N'ayant pas réussi à faire son trou sous l'ère Tomislav Ivic, l'attaquant de poche (1m72 pour 68kg) décide de quitter la Belgique. Les offres n'étant pas légion, c'est l'Etoile du Sahel, à Sousse, en Tunisie qui acquiert ses services.

Le technicien français Jean Fernandez a confiance en Santos. Sous sa férule, pendant deux saisons, l'ancien attaquant du Standard marque 32 buts en 50 matchs. Une vraie révélation. Et cette excellente moyenne n'attire pas seulement l'attention des recruteurs de clubs étrangers... mais aussi de la Fédération Tunisienne! Cette dernière, flairant la bonne affaire, lui propose de devenir tunisien. Une proposition que rejette, fermement mais poliment, celui qui rêve encore de revêtir le maillot de la Selecao.

Mais les dirigeants tunisiens ne perdent pas la bonne affaire de vue. Santos quitte alors l'Etoile du Sahel pour suivre Jean Fernandez à Sochaux (2000-2001) d'abord en Ligue 2, et puis en Ligue 1. C'est alors que les dirigeants tunisiens reviennent à la charge, et Santos accepta leur proposition. «Quand je voyais qu'Elber était le meilleur buteur du championnat allemand avec le Bayern et qu'il ne jouait pas avec le Brésil, je ne me voyais pas le faire alors que je joue à Sochaux. J'ai donc tenté ma chance avec la Tunisie», a récemment déclaré l'attaquant.

Force est de constater que Santos a rapidement étoffé son palmarès. Sous le maillot des Aigles de Carthage, le néo-tunisien fait montre de son talent... et du flair des dirigeants de son nouveau pays. Naturalisé le 1er janvier 2004, trois semaines avant le début de la Coupe d'Afrique des Nations, Santos participe grandement à la conquête du titre continental, en marquant notamment quatre goals (terminant ainsi meilleur buteur du tournoi).

En Tunisie, Santos a retrouvé un autre ancien Brésilien: José Clayton. Ce défenseur qui porte les couleurs de l'Espérance de Tunis depuis 2002 a revêtu pour la première fois le maillot de la Tunisie en février 2003. Ensemble, ils ont réussi à porter leurs nouvelles couleurs jusqu'aux sommets africains. À la Fédération Tunisienne, personne ne veut parler des naturalisations. «Pour nous, le chapitre est clos» affirme Mondher Chaouachi, attaché de presse de la FTF. Pour la Fifa, ces deux cas ne posent pas de problème. Mais la polémique a quitté la Tunisie pour prendre ses quartiers au Qatar.

© Les Sports 2004