CHARLEROI En ce début de second tour, Charleroi a retrouvé la vitesse de croisière qui était la sienne la saison dernière. Mieux même, puisque les Zèbres viennent d'engranger douze unités lors de leurs quatre dernières sorties. Et ce, en appliquant les mêmes préceptes qu'il y a douze mois: la conjugaison du réalisme à tous les temps. Dire que Badou Kere and Co furent convaincants contre le Brussels serait travestir la vérité. Par contre, ils se sont montrés diablement efficaces puisqu'ils ont transformé l'une des deux seules occasions réelles du match. Et derrière, ils n'ont guère dû faire preuve de beaucoup de concentration tant le Brussels fut inconsistant.

Un point sur neuf, un goal inscrit pour cinq encaissés en 2006, on est loin des chiffres de la première partie de la saison chez les Rouge et Noir. Le citron a peut- être été trop pressé ! Le président Vermeersch, très calme (!), posa une analyse réaliste: «On a sans doute un peu évolué au-dessus de notre valeur réelle au premier tour. Maintenant, il va falloir se serrer les coudes pour atteindre les 45 points que je vise.» Un objectif important pour le club du stade Machtens, histoire de gonfler sa manne de droits TV pour la saison prochaine. Mais également un but primordial pour une bonne partie des joueurs qui arrivent en bout de contrat et pour Albert Cartier qui ne veut à aucun prix être étiqueté coach du premier tour. Pour ce faire et plutôt que de se lamenter sur le départ d'Igor De Camargo qui a indéniablement laissé un gouffre béant, les Molenbeekois doivent retrouver les vertus qui faisaient leur force au premier tour.

© Les Sports 2006