Le coach d'une équipe de football de troisième division, Sariyer, a été assailli mardi à Istanbul par des supporters alors qu'il tentait de défendre l'entraîneur des gardiens de but qui avait posté sur les réseaux sociaux des messages condamnant les atrocités commises par l'Etat islamique, affirme le journal Hurriyet sur son site internet.

Erdal Elgörmus, l'entraîneur, est né dans la province à majorité kurde de Diyarbakir. Il avait posté sur son compte Facebook des messages soutenant les forces kurdes qui défendent la ville de Kobané. Le coach a été emmené à l'hopital après l'attaque, souligne le quotidien.

La passivité de l'armée turque et le refus du gouvernement Erdogan de s'engager militairement en Syrie sans de solides garanties internationales accroît la tension dans le pays. Près de 35 personnes ont été tuées et des centaines blessées dans des incidents. Un livreur de journaux kurdes a également été abattu en pleine rue, mardi à Adana.

Ankara ne veut pas intervenir à Kobané, refuse toujours l'accès de la base d'Incirlik aux jets américains participant à la coalition internationale et bloque les livraisons d'armes aux forces kurdes à Kobané. Le gouvernement plaide pour l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne en Syrie le long des 1295 km de frontière commune et la création d'une zone tampon. Ankara a dépensé près de 4 milliards de dollars pour accueillir des centaines de milliers de réfugiés syriens et irakiens sur son sol.