Des matches comme ceux-là, vous pouvez nous en servir toutes les semaines. Si l'on excepte l'absence d'un ou de plusieurs buts, il n'aura effectivement rien manqué de ce qui assure un grand spectacle à l'occasion de ce match Standard-Anderlecht. Et si, légitimement sans doute, du côté du Standard on s'estime vainqueur moral de ce duel de feu, dans le clan d'Anderlecht on doit se dire, tout aussi légitimement, qu'on est passé à quelques centimètres du hold-up parfait. Mais l'essentiel ne se limite-t-il à ce que le spectateur, neutre ou pas, ait pu vibrer de la première à la dernière minute, qu'il a assisté à un match engagé mais pas méchant, qu'il a vu les gardiens signer des arrêts décisifs, qu'il a pu se fâcher ou se réjouir de certaines décisions arbitrales, bref qu'il s'est amusé au-delà de ce qu'il pouvait espérer? On englobera donc les deux formations dans ces louanges, Anderlecht pour n'avoir pas songé qu'à fermer le jeu et le Standard pour avoir cherché, jusqu'à l'ultime seconde, à gagner ce match qu'il devait gagner. Et si frustration, réelle, il peut y avoir dans le camp des Rouches, c'est qu'au sortir de ce match qui est sans doute le meilleur disputé par le Standard cette saison, c'est du côté de Sclessin qu'on fait la plus mauvaise opération. Ce point pris au classement général fait en effet figure de parent pauvre quand on sait que Bruges et Charleroi ont été battus et que Genk, lui, comptabilisait trois points de plus depuis vendredi soir. C'est d'ailleurs la formation limbourgeoise, désormais isolée avec cinq unités d'avance, qui sort grand vainqueur d'un week-end un peu fou pour les formations de tête. D'évidence, Hugo Broos n'en espérait pas autant, lui qui ne cesse de prétendre que son futur et celui de son équipe se limite à la rencontre du prochain week-end. C'est une manière très intelligente d'éloigner cette pression qui se fait de plus en plus ressentir à Anderlecht, à Bruges et au Standard. Mais si cette pression débouche à chaque fois sur des duels au sommet aussi intense que celui vécu hier à Liège, nous serons bien les derniers à nous en plaindre. Surtout si Anderlecht et le Standard, la prochaine fois, ajoute le seul petit piment qui aura manqué : la concrétisation, ne fût-ce qu'une fois, de leurs occasions de but !