Le directeur technique national Aimé Jacquet a estimé dimanche matin que la finale de la Coupe du monde entre l'Italie et la France à Berlin se jouera sur la "patience" et la "technicité". "La France a intérêt d'être un petit peu patiente et surtout de manifester toute sa technicité", a-t-il expliqué sur France-Inter. "Les Italiens ont toujours été redoutables" mais "dans ce combat de physique, de technicité et de psychique, c'est l'équipe qui aura le plus de lucidité, de sérénité, qui fera la différence". Interrogé sur la journée de récupération en plus dont a bénéficié la "Squadra Azzurra" en jouant sa demi-finale une journée plus tôt que les Bleus, Aimé Jacquet a reconnu qu'"une journée de récupération, ça joue, surtout dans cette compétition qui se termine". "Mais c'est plutôt le mental, le psychique qui fait la différence. C'est vraiment dans la tête et dans la patience que nous pourrons battre cette équipe", a insisté l'ancien sélectionneur de l'équipe de France. Il a souligné que les Tricolores avaient "un petit temps d'avance" sur les Italiens: "nous avons un super joueur qui s'appelle Zinédine Zidane qui a toujours fait la différence" et qui "va tout faire pour que cette équipe de France soulève la Coupe du monde". Revenant sur le départ de "Zizou", mais aussi de Lilian Thuram, Claude Makelele voire d'autres, Aimé Jacquet a observé que cette génération de joueurs a "peut-être été la meilleure depuis que le football existe en France". "Tous ces gens ont envie de terminer bien, et surtout de démontrer que le football français fait partie des meilleurs du monde", a-t-il déclaré. L'ancien sélectionneur des Bleus a estimé que "Thierry Henry va prendre le relais" de Zinédine Zidane après son départ. "Il a déjà un capital d'expérience", a-t-il rappelé. Zidane "va nous manquer, comme nous a manqué Platini, mais il faudra faire avec. Ce sera une nouvelle génération à se mettre en route".