éclairage

Où Anderlecht perdra-t-il encore des points ? La question mérite plus que jamais d'être posée alors que le Sporting s'est sorti sans le moindre problème de son "périlleux" déplacement à Roulers. Contrairement à Genk qui y a concédé le nul (3-3) en début de championnat, les joueurs de Franky Vercauteren n'ont jamais été inquiétés sur le petit terrain du stade Schiervelde. Rapidement installés aux commandes, ils ont au contraire soigné leur goal-average et... leur capital confiance même si on voit mal à présent où ils pourraient encore perdre des points d'ici à la fin du championnat.

Deux matches à domicile - contre Beveren et le Brussels, désormais complètement rassuré sur son sort au sein de l'élite - figurent encore au programme des Anderlechtois. Un déplacement aussi, au stade Tondreau, lors de la 34e et dernière journée de compétition. Bref, tous les voyants sont au vert pour le Sporting dans la course au titre.

Le Racing Genk maintient toutefois la pression sur le leader après sa victoire acquise à domicile contre Mouscron. La formation limbourgeoise est cependant passée par le chas de l'aiguille contre un adversaire ennuyer emmené par un Demba Ba retrouvé et libéré par ses deux buts. Les Limbourgeois n'ont dû leur salut qu'à un penalty généreusement accordé par l'arbitre Bultynck ainsi qu'à un coup de pouce de l'axe défensif mouscronnois, coupable sur le troisième but...

Qu'importe, la victoire de Genk permet finalement au championnat de conserver un certain intérêt dans le haut du classement où le Standard, malgré la perte de deux unités vendredi soir contre le GB, semble aussi assuré de la troisième place. La Gantoise, large vainqueur de Mons, avoue d'ailleurs ne plus croire au podium...

Les dernières décisions ne tarderont plus à tomber... idem dans le bas du classement où après Mons et Mouscron, le Brussels a assuré son maintien au sein de l'élite. L'équipe d'Albert Cartier n'a pas vécu une saison de tout repos mais doit à sa victoire contre Beveren le droit de poursuivre sa route en division 1 où Johan Vermeersch rêve de jouer un rôle en vue. Ambitieux, le président bruxellois soutient la comparaison avec son homologue de Charleroi, Abbas Bayat. En début de saison, ce dernier avait clamé haut et fort qu'il espérait un trophée en mai. Il doit aujourd'hui déchanter... avec certaines difficultés.

Samedi, l'homme fort du Sporting carolo a vécu une soirée chahutée devant ses propres supporters qui n'ont pas manqué de lui marquer leur mécontentement dans le dossier Mathijssen. Le Limbourgeois remercié pour le travail accompli durant sa période zébrée se voit aujourd'hui privé du banc pour les dernières journées. Bruges, son futur employeur, n'est pourtant plus un concurrent...