Le duel des artistes s’est donc mué en duel des absents, compte des défections de Piqué, Puyol (tous deux suspendus) et Ibrahimovic d’une part, ainsi que des forfaits de Gallas, Arshavin, Fabregas et Song d’autre part.

La pression espagnole s’exerçait d’entrée de jeu, et pourtant, contre le cours du jeu, Arsenal allait frapper en premier. À la 18e, bien servi par Walcott, Nicklas Bendtner se trouvait à la conclusion de la toute première action des "Gunners" (0-1) !

La qualification virtuelle des Londoniens était courte durée, puisque trois minutes plus tard, Lionel Messi entamait son festival. Une mauvaise relance de Silvestre permettait au Ballon d’Or 2009 d’ajuster un envoi puissant pour égaliser (1-1). À la 37e, Busquets décalait Abidal, dont le centre était mal renvoyé par la défense anglaise. Dans le grand rectangle, Pedro Rodriguez déviait pour Messi, qui donnait l’avance au "Barça" (2-1).

Toujours pas rassasié, le numéro 10 se permettait même le luxe, cinq minutes plus tard, de signer le "hat trick" parfait ! Lancé en profondeur, il plaçait une "pichenette" hors de portée du pauvre Almunia, venu à sa rencontre (3-1). Les Catalans bouclaient la première période avec une possession de balle de 76 %. Éloquent !

L’intensité diminuait en seconde période. Le public du Camp Nou jubilait tandis qu’Arsenal n’y croyait plus. En fin de rencontre, Messi, encore lui, ajoutait une quatrième rose personnelle, une performance peu banale en "C1" ! Au classement des buteurs, l’Argentin dépasse désormais Cristiano Ronaldo, totalisant huit buts.

Ce soir, Manchester United, dépassé en championnat, peut surmonter la défaite subie chez le Bayern Munich (2-1) grâce à son but marqué à l’extérieur, tandis que la tâche est plus ardue pour Bordeaux, battu 3-1 à Lyon, mercredi en quart de finale retour de la Ligue des champions.

Les Allemands avaient arraché la victoire à l’aller, mais le but inscrit à l’extérieur par Rooney pourrait peser lourd. A moins que ce ne soit la blessure du buteur anglais, justement, qui pèse davantage

Pour se qualifier, les Girondins doivent battre l’OL 2-0 ou par trois buts d’écart. Or, rien ne va plus à Bordeaux, qui a subi une série de trois défaites consécutives, toutes compétitions confondues, une première sous l’ère Laurent Blanc. La meilleure nouvelle pour eux réside dans la suspension de Lisandro.