Pour nous, Belges, le tirage au sort de Leipzig sera, malheureusement, uniquement un spectacle télévisuel. Comme le fut l'argentin de 1977, à Buenos Aires. Depuis, nos Diables avaient à chaque fois voix au chapitre. Pourtant, aux quatre coins de notre petit royaume, certains auront plus que d'autres un oeil et une oreille attentifs en direction de la ville de Bach. Les supporters italiens, espagnols, portugais, polonais, tunisiens et autres, bien sûr. Mais aussi des footballeurs professionnels qui ont fait de ce Mondial 2006 l'un des si pas le plus grand de leurs objectifs.

Les Anderlechtois Jestrovic (Serbie-et-Monténégro), Wilhelmsson (Suède) et Zewlakow (Pologne), le Standardman Onyewu (Etats-Unis), le Brugeois Butina (Croatie), le Gantois Laybutt (Australie), le Beverenois Copa Boubacar (Côte-d'Ivoire) et le... Montois Nibombé (Togo) ont activement participé, à des degrés divers, à des éliminatoires victorieuses. Ils espèrent désormais vivre de l'intérieur la phase finale allemande de juin prochain. L'un deux rêve-t-il de brandir la Coupe Jules Rimet le 9 juillet à Berlin? Sans doute pas. Et notre championnat n'a d'ailleurs jamais accueilli en son sein un vainqueur du Mondial. Alors que quelques vice-champions du monde ont oeuvré sur nos terres, du Tchèque Masopust (62/ Crossing) au Brésilien Andre Cruz (98/Standard), en passant notamment par les Néerlandais Haan (74 et 78/Anderlecht et Standard) et Rensenbrink (74 et 78/Anderlecht) ou par l'Allemand Hrubesh (82/Standard)...

Par ailleurs, en Allemagne, le meilleur jeune joueur du Mondial 2006 sera récompensé pour la première fois par un trophée décerné par les supporters (50pc) et le groupe d'études techniques de la Fifa (50pc). Seuls les joueurs nés après le 1er janvier 1985 seront éligibles pour cette récompense qui sera décernée en fonction de sept critères dont «le niveau technique et la capacité à enthousiasmer les foules», a expliqué l'Allemand Holger Osiek, directeur du groupe d'études techniques. En 2002, au Japon et en Corée du Sud, «quelque 40 joueurs auraient pu prétendre à ce trophée», a expliqué le Français Charles-Henri Contamine, responsable du secteur multimédia à la Fifa.

© Les Sports 2005