Le Real Madrid ouvre face au Milan AC, ce soir (20h45) à San Siro, la seconde phase de Ligue des Champions de football.

On ne pouvait rêver mieux pour cette ouverture de la seconde phase, à l'occasion d'un choc qui fleure déjà l'enivrant parfum d'une finale entre le tenant du titre madrilène et celui qui semble le mieux armé pour le détrôner.Ces retrouvailles entre les deux clubs les plus titrés de C 1 - neuf titres pour les `Merengue´, cinq pour les `Rossoneri´ - ne pouvaient mieux signifier l'entrée de plain pied dans la `véritable´ Ligue des Champions. Celle des étoiles et des paillettes...

`Affronter le Milan AC demeure un grand classique. Avec le Real, il s'agit à l'heure actuelle du club qui pratique le meilleur football en Europe´, affirme, modestement, le directeur sportif du club madrilène, Jorge Valdano. Le capitaine milanais Paolo Maldini préfère lui saluer la force du Real Madrid: `C'est une équipe très difficile, forte dans toutes ses lignes.´

Engouement des tifosi

Si la présence du Real de Florentino Perez en seconde phase ne surprend personne, celle du Milan AC, qui n'a plus participé à un quart de finale de Ligue des Champions depuis la saison 1994-95, marque le retour au premier plan du club lombard après plusieurs saisons de disette. Le peuple de San Siro ne s'y est d'ailleurs pas trompé. Plus de 66500 tifosi se sont procuré le `mini-pass´ permettant d'assister aux trois rencontres de seconde phase, persuadés que Milan, qui a retrouvé des couleurs depuis l'arrivée sur le banc de Carlo Ancelotti en novembre en 2001, a aujourd'hui l'occasion de renouer avec son prestigieux passé. Les Milanais, une fois la qualification en poche, ont pourtant terminé la première phase en roue libre, avec deux défaites contre Lens (1-2) et La Corogne (1-2).Mais leurs victoires face au Bayern Munich (deux fois 2-1) et surtout à La Corogne (0-4) ont donné un aperçu de la puissance de feu d'une attaque dont le principal animateur s'appelle Filippo Inzaghi. D'autant que Andriy Shevchenko et Rivaldo semblent de retour sur le chemin de la forme.

Nesta et Zidane incertains

Les `Rossoneri´, malgré l'incertitude concernant la participation d'Alessandro Nesta (cuisse), se présentent avec une confiance maximale après s'être imposés samedi soir dans le derby milanais contre l'Inter (1-0) et pris par la même occasion la tête du Calcio.

Le Real Madrid espère, lui, que l'Italie sera une rampe de lancement aussi efficace en seconde phase qu'en première. L'AS Rome, étrillée 3-0 dans son stade olympique en septembre, et le RC Genk s'en souviennent encore. Même si la suite du parcours madrilène n'avait pas été à la hauteur du feu d'artifice initial (deux victoires seulement au terme des six matches), le Real entend frapper un grand coup en Lombardie et montrer d'entrée qu'il tient à préserver sa couronne européenne.

Le Real est néanmoins privé de Ronaldo (grippe), Claude Makelele (cheville) et Fernando Hierro (cheville). Zinédine Zidane, l'animateur des `Merengue´, forfait avec l'équipe de France contre la Yougoslavie en amical puis contre le FC Barcelone (0-0) samedi en raison d'une lombalgie, est, lui, espéré. Par ses coéquipiers bien sûr, mais aussi par Carlo Ancelotti, son ancien entraîneur à la Juventus, qui a dit attendre impatiemment ces retrouvailles avec son ancien protégé.

(AFP)

© Les Sports 2002