© BELGA

Football

Un partage amer pour les Hurlus

Michel Dubois

Publié le - Mis à jour le

MOUSCRON 2

CLUB BRUGES 2

Le Club Bruges a pris option sur la finale de la Coupe. Dommage qu'il ait inscrit un second but justement controversé...

Nécessité faisant loi, Trond Sollied devient un adepte des tournantes. Le lourd calendrier que ses succès imposent au Club Bruges, tout autant que les indisponibilités qui écrèment son effectif avaient incité l'entraîneur norvégien à aligner une formation absolument inédite. Convalescent, Clement tenait compagnie, sur le banc, à Verheyen et Mendoza tandis qu'Hermans fêtait sa première titularisation au sein d'une ligne médiane recomposée.

Avec Rozehnal et Hermans, l'aile droite brugeoise était inédite elle aussi. C'est par ce flanc que l'Excelsior concrétisa sa première offensive, d'une limpidité d'école, dès la... 50e seconde de jeu. Mpenza s'était engagé dans l'axe, il avait ouvert à Grégoire dont, du plat du pied, Zewlakow avait converti le centre (1-0).

Les deux équipes avaient envie de soigner le spectacle. Elles s'y employèrent surtout entre les deux rectangles. La bonne organisation mouscronnoise, assortie d'un pressing ambitieux, gêna longtemps Bruges. Mais l'Excelsior ne reposait pas toujours sur des bases stables. A la 33e, Vandendriessche s'offrit une petite frayeur en voulant jouer au plus fin avec Victor. Quatre minutes plus tard, Lorenzi sauva sur sa ligne une combinaison raffinée ayant impliqué Blondel, Victor et Saeternes. Alerté par un long croisement de Gregoire, Pieroni décroisa trop sa reprise à la 39e. L'international échappa peu après à Simons mais Verlinden repoussa des poings son envoi en foulée.

Vandendriessche furibard

Pour aborder la seconde période, Clement avait relayé Victor tandis que Maertens et Rozehnal avaient de nouveau permuté. A la 51e, Blondel se joua de Besengez pour centrer vers Smolders, qui tira à côté. Sous l'impulsion d'un Blondel inspiré, le Club faisait mine de prendre l'ascendant. A la 59e, Smolders se vit offrir une troisième chance. Cette fois, Vandendriessche repoussa son envoi mieux ajusté. Deux minutes auparavant, Verlinden s'était joliment détendu sur un bon envoi instantané de Pieroni. A la 65e, Vandendriessche réussit un joli save pour dévier un excellent coup franc placé de Smolders.

L'égalisation était dans l'air. Clement la signa à la 73e en distillant un petit ballon que Vandendriessche, peut-être bousculé par Verheyen, n'avait pu maîtriser (1-1). L'Excelsior recelait de belles ressources. A la 78e, Zewlakow remisa de la tête en retrait pour Mpenza dont le superbe envoi surprit Verlinden (2-1). La seconde égalisation brugeoise fut plus suspecte encore. Mendoza d'abord, qui croqua sa reprise, puis Verheyen, qui fit mouche, semblaient hors-jeu quand ce dernier trompa un Vandendriessche furibard (2-2).

© Les Sports 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous