Si la Suisse a rejoint la Belgique mercredi au rang des pays organisateurs de l'Euro éliminés dès le premier tour de la compétition (et les Helvètes font même pire puisqu'ils sont déjà dehors après deux journées alors que les Diables Rouges avaient prolongé un peu le suspense après leur victoire contre la Suède du premier match), ce n'est pas encore le cas de l'Autriche qui a arraché le match nul dans les arrêts de jeu grâce à un penalty tombé du ciel et converti par Vastic.

Comme pour Suisse - Turquie la veille, la rencontre entre l'Autriche et la Pologne était placée sous le signe du "malheur au vaincu" et devait donc nous offrir un spectacle relativement offensif. Et, grâce aux Autrichiens, elle a effectivement démarré sur un rythme enthousiasmant. Après un quart d'heure de jeu, l'Autriche n'aurait pas volé au moins deux buts d'avance. Le premier aurait pu être amené par l'Anderlechtois Marcin Wasilewski, coupable d'une passe en retrait suicidaire - et non rattrapée par Job - qui contraignit Boruc à une première parade de classe dans son face-à-face avec Harnik (11e). Korkmaz trouva le même Harnik qui, du plat du pied, obligea Boruc à intervenir de la jambe. Et il ne fallut patienter que deux minutes supplémentaires avant que Leitgeb, parti à la limite du hors-jeu, ne se heurte lui aussi à un portier polonais en état de grâce.

Comme souvent, lorsqu'une équipe manque autant d'occasions, elle le regrette toujours. Alors que Garics s'offrit encore une belle opportunité (22e) sur laquelle Boruc intervint parfaitement, c'est la Pologne qui ouvrit le score. Un long centre de Smolarek décalait Saganowski qui, d'un centre-tir tendu, trouva Guerreiro. Largement en position hors jeu, le Brésilien de la Pologne bénéficia sur ce coup de l'erreur arbitrale pour maintenir son pays dans la course à la qualification.

L'Autriche aurait également pu revendiquer un penalty en début de seconde période lorsque Ivanschitz, parti au but, fut ceinturé et déstabilisé dans le rectangle. Le coup était-il trop dur pour l'Autriche ? On le pensait car la Pologne prit alors le dessus. Si Smolarek ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même de ne pas avoir converti une contre-attaque, c'est au portier Macho que Guerreiro et Bak doivent l'échec de leur double tentative (63e). L'Autriche semblait se résigner jusqu'au moment où Wasilewski accrocha, alors que l'arbitre s'apprêtait à siffler la fin du match, un joueur autrichien dans le rectangle.