Deux jours après l'élimination de La Gantoise en Coupe Intertoto, Genk sera notre second représentant à entrer en action cette saison, trois jours avant le coup d'envoi du championnat. Ce soir, au second tour préliminaire de la Ligue des Champions, les Limbourgeois reçoivent le FK Sarajevo, champion de Bosnie. Ils devront, directement, répondre présents car tout faux pas est interdit. En cas d'élimination au terme de cette double confrontation (le match retour, en Bosnie, se déroule mercredi prochain), leur saison européenne sera déjà terminée.

"Nous ne pouvons pas nous louper. Il s'agit peut-être, déjà, des deux matchs les plus importants de la saison, lance d'emblée Hugo Broos. Une qualification pour la Ligue des Champions n'est pas obligatoire - elle sera même difficile vu les adversaires que nous risquons d'affronter au prochain tour -, mais nous devons absolument franchir ce tour-ci pour avoir la certitude d'être, au minimum, repêché en Coupe de l'UEFA."

Le coach du Racing est allé visionner Sarajevo, en compagnie de Willy Reynders, lors du match retour du premier tour préliminaire contre Marsaxlokk (3-1 après avoir déjà gagné 0-6 à l'aller). Il en est revenu avec la certitude que la tâche des Limbourgeois n'était pas insurmontable à condition que ses joueurs abordent la rencontre avec l'attitude adéquate. "Il m'est difficile d'évoquer les faiblesses constatées chez notre adversaire dans la mesure où il a rarement été mis sous pression par les Maltais. Il est, continuellement, resté en possession du ballon. Néanmoins, c'est une équipe très forte techniquement, avec une bonne base physique, et qui dispose de plusieurs individualités de qualité. Mais, si nous évoluons à un niveau correct, nous avons les moyens de tenir tête à cette équipe."

Cerne-t-il déjà, pleinement, le niveau de jeu de son groupe ? Hormis la présence de Toth, et éventuellement celle de Barda, le onze aligné ce soir ne sera guère différent de celui utilisé l'an passé. Mais n'est-ce pas difficile de jouer un match aussi important sans les repères du championnat ? "C'est un petit désavantage mais nous avons joué des matchs de préparation difficiles contre Porto, Metz et Malines. Aucun entraîneur ne peut situer son groupe à ce stade de la saison, sans match à enjeu déjà disputé et alors que l'approche psychologique sera différente dès ce soir."

La saison dernière, Genk a souvent plié dans les matchs à véritable enjeu. "Pas tout à fait d'accord, rétorque Broos. Contre Bruges et Lokeren, nous avions prouvé être en mesure de réussir de bonnes prestations sous pression et avec des blessés."