Avant les festivités de lundi au cours desquelles seront notamment élus le joueur de l'année et celui du siècle, le comité exécutif de la Fédération internationale de football (Fifa) aura un calendrier particulièrement chargé, samedi et dimanche. La rotation de la Coupe du monde entre les continents et le point sur les négociations avec l'Union Européenne (UE) sur le délicat problème des transferts seront les deux principaux dossiers à l'ordre du jour.

Le vote controversé du Comité exécutif de la Fifa, le 6 juillet dernier à Zurich, attribuant au dernier moment l'organisation de la Coupe du monde 2006 à l'Allemagne au détriment de l'Afrique du Sud, est à l'origine du principe de la rotation. Le président Joseph Blatter, pour répondre à la poussée des nouvelles forces venant du milieu économique avait demandé au Congrès de la Fifa l'union sacrée autour du produit football soulignant notamment que ce sport nous appartient. Nous devons en garder la maîtrise.

La Commission d'études stratégiques (CES) de la Fifa, présidée par M. Blatter, déterminera les modalités de cette rotation. Elles seront ensuite adoptées dimanche par le CE. En principe, un pays de la Confédération africaine (CAF) devrait être en 2010 le premier bénéficiaire de cette rotation.

La CES comprend le vice-doyen de la Fifa, son secrétaire général et les secrétaires généraux des six confédérations. Elle devra également se prononcer sur la possibilité d'autoriser la publicité sur les maillots des équipes nationales et sur celui des arbitres, uniquement pour les championnats nationaux, sur l'avenir des tournois olympiques de football et sur la possibilité de créer une coupe du monde des moins de 23 ans.

Mais, le Comité exécutif écoutera aussi avec attention un rapport du président Blatter sur les progrès réalisés sur le plan politique dans les négociations avec l'UE. Les deux commissaires européens en charge du dossier, Mme Viviane Reding et Mario Monti, ont déjà récemment exprimé leur optimisme sur un dénouement (des négociations) vers la fin décembre ou courant janvier au plus tard dans la mesure où il ne reste à éclaircir que certaines modalités concrètes d'application. Déjà, apprend-on auprès de la Fifa, un accord définitif a été trouvé sur deux dossiers délicats: la mise en place d'un système de compensation pour les clubs formateurs pour les joueurs de 18 à 23 ans et la création d'un système indépendant pour l'arbitrage des différends.

© La Libre Belgique 2000