WAREGEM S'il n'a pas encore disputé la moindre minute de championnat en raison d'une blessure au genou gauche (déchirure des ligaments croisés, des ligaments internes et du ménisque) encourue le 22 mars dernier, Ibrahim Tankary est malgré tout bien placé pour évoquer la réussite actuelle de Zulte-Waregem. Arrivé au stade Arc-en-Ciel en juillet 2004, l'attaquant belge d'origine nigérienne a joué un rôle prépondérant dans le titre de champion remporté par ses couleurs en division 2. «La force de l'équipe, c'est son organisation », déclare d'emblée l'ancien joueur de Tubize, de Lommel et du Brussels. «La cohésion reste bonne d'une saison à l'autre car le club mène une politique de recrutement intelligente. Les dirigeants transfèrent juste selon les besoins de l'équipe. D'ailleurs, chez nous, nombreux sont les joueurs inconnus du grand public. Le talent est pourtant bien présent.»

Avec 26 points récoltés sur les 42 mis en jeu, Zulte-Waregem est incontestablement la surprise de ce début de saison et ce, pour le club lui-même. «C'est vrai, nous sommes également surpris par cette troisième place. En début de saison, les dirigeants espéraient atteindre la barre des 37 points pour assurer le maintien, or nous avons déjà largement parcouru la moitié du chemin. En attendant, la réussite de l'équipe n'est pas volée. Nous sommes allés chercher tous nos points...»

Bientôt de retour, Ibrahim Tankary aspire à venir prêter main forte à ses partenaires et se montre plutôt optimiste pour la suite des événements. «Zulte ne dépend de personne, juste du collectif. L'appétit vient en mangeant mais notre ambition sera de terminer le championnat dans les six ou sept premiers. Nous sommes bien partis. Nous jouons bien et nous n'avons d'ailleurs jamais été surclassés...»

© Les Sports 2005