Il y a deux mois et demi que les Diables rouges se sont mis en hibernation. Se faire oublier, c'est sans doute ce qu'ils avaient de mieux à faire après une année civile désastreuse. Aujourd'hui, le calme est revenu, et même, avec lui, un peu d'espoir pour autant que les Belges remportent leurs deux prochains matches officiels, fin mars, contre la Bosnie Herzégovine et Saint-Marin.

Le sélectionneur n'entend rien révolutionner. Malgré la très mauvaise dernière prestation en date, l'équipe du Caire ne sera pas très différente de celle du 17 novembre. On doit donc davantage parler de retouches que de modifications. Du dernier onze de base, seul Oliver Deschacht n'a pas été retenu, puisqu'il sera suspendu contre la Bosnie. Il s'efface comme trois des réservistes, Joos Valgaeren, blessé, Gaëtan Englebert et Stijn Huysegems. Quatre sortants, donc, pour cinq retours, ceux des frères Mpenza, de Didier Dheedene, d'Olivier Doll et de d'Yves Vanderhaeghe.

«Olivier Doll avait été présélectionné pour le match précédent, explique Anthuenis. Je sais qu'il peut jouer à un haut niveau, et il s'est parfaitement intégré à son nouveau club, Lokeren. Mais ce qui m'intéresse surtout, c'est qu'il est polyvalent. Il peut évoluer dans l'axe comme sur le flanc de la défense.»

L'âge ne compte pas!

On aurait pu penser que le coach allait rappeler Bernd Thijs, mais il a préféré faire revenir Yves Vanderhaeghe: «J'ai prouvé à maintes reprises que, pour moi, l'âge n'avait aucune importance, en sélectionnant des gens comme Kompany ou Vanden Borre. C'est vrai dans l'autre sens également. Au fond, Yves n'a jamais été vraiment écarté sur sa valeur, mais c'est à la suite de plusieurs blessures qu'il avait perdu sa place dans son club, et donc chez nous.»

Aimé Anthuenis a sélectionné dix-neuf joueurs. Un de trop, mais il y a encore une journée de championnat, et, statistiquement, un international, au moins, se blesse.

Verra-t-on mercredi, au Caire (match à 20h belges, en direct sur AB 3) l'équipe qui défendra nos dernières chances un mois plus tard? «Ce n'est pas certain. Ce qui est sûr, c'est que je vais essayer quelque chose de neuf, au Caire. On verra si ça marche...»

Cet essai, c'est un secret de polichinelle: faire jouer le nouveau Soulier d'Or dans l'entrejeu, où l'équipe nationale manque cruellement de créativité. Avec, à ses côtés, un médian travailleur, très défensif qui ne pourrait être que Vanderhaeghe, en l'absence d'Englebert.

© Les Sports 2005