Le dernier à avoir surpris Liverpool à Anfield, c'est un Belge : Eric Gerets, avec Marseille. Peut-être un bon présage pour vous."

Ce journaliste anglais ne trouve pas impensable une qualification du Standard, "cette équipe peu connue mais qui a surpris Liverpool à l'aller, et qui méritait mieux que le 0-0".

"À l'aller, on a été mauvais", a reconnu Rafael Benitez lors de son point presse hier midi. "Il faudra tout améliorer pour ce match retour. Le seul point positif du match aller, c'est le résultat. On a eu de la chance avec ce 0-0, car le Standard a raté un penalty, a eu un but valable non accordé et plusieurs occasions franches. Nous n'avions pas réussi à être menaçants. On connaît mieux le Standard : on sait que c'est une équipe qui manie bien le contre, qui est forte sur les phases arrêtées... On sait aussi quels joueurs nous devrons tenir à l'oeil."

Comme Mbokani, dit un journaliste anglais en pointant les quatre buts de l'attaquant en deux matches de championnat. "C'est un bon attaquant, rapide et technique", concède l'Espagnol. "Il faudra être fort en défense pour ne pas encaisser. Et fort en attaque pour faire plier leur défense, qui est également très bonne. On sait qu'on devra marquer plus d'un but pour être certains de passer."

"Rafa" refuse la perspective d'une élimination : "Le match aller a été comme un "wake-up call" ... Je n'envisage pas l'élimination. Mais en foot, tout est possible... Si le Standard joue parfaitement et que nous jouons mal encore une fois, alors qui sait..."

Le Standard mériterait-il de jouer les poules ? "La "C1" est faite pour les meilleures équipes. On verra la saison à venir si le Standard est encore champion. Il peut disputer les poules... mais seulement l'année prochaine de préférence." (sourire)

Par rapport au match aller, l'entraîneur devrait modifier son onze de base : Skrtel à la place d'Agger, Babel au lieu de Benayoun, Aurelio pour Dossena et, "last but not least" , Gerrard au lieu de Plessis. Cette fois, le capitaine débutera : "Parfois, c'est bien de se prendre un coup de pied dans le derrière comme ce fut le cas en Belgique. Nous savons que nous avons encore les cartes en mains, que nous afficherons un autre visage à Anfield et que le Standard aura la tâche nettement plus compliquée."