La qualification en inscrivant quatre buts: le Standard ne pouvait sans doute pas espérer mieux de sa soirée ce samedi. Et pourtant, les Rouches ont régulièrement suscité les sifflets de leur public en première période!

«C'est normal, je crois que si j'avais été dans la tribune, j'aurais sifflé aussi!» reconnaissait très honnêtement à ce sujet Eric Deflandre à l'issue de la rencontre.

En effet, le Standard n'a pas été bon durant la première période. Manquant de détermination, jouant à l'emporte-pièce, ne parvenant pas à imprimer aux échanges le rythme susceptible de déstabiliser leurs adversaires, les Liégeois semblaient être tombés dans le panneau. Une partie du mérite en revenait certainement à cette formation de Maasmechelen qui, tout en attendant le Standard assez bas, ne refusa jamais le combat, évoluait avec trois véritables attaquants et faisait habilement et rapidement vivre le ballon dès que l'occasion se présentait.

Il s'en fallut d'ailleurs de peu que les Limbourgeois ne rentrent au vestiaire munis d'un but d'avance, le remuant Offiong héritant de plusieurs belles possibilités tandis que seuls des envois lointains de Rapaic avaient menacé le but de Wins.

«À la mi-temps, nous étions tous bien d'accord sur l'absolue nécessité d'accélérer le jeu», avouait encore le capitaine liégeois.

Le message passera: dynamisé par l'entrée au jeu d'un Sambegou Bangoura dont l'apport allait être décisif, le Standard joua enfin à son niveau en seconde période, et chaque coup d'accélérateur, dès lors, allait faire mal aux visiteurs.

Le retour de Mutavdzic

Tchite et Bangoura hériteront ainsi de belles possibilités au retour des vestiaires, mais le déclic viendra des pieds du buteur guinéen, dont la reprise de volée du plat du pied sur coup de coin de Rapaic à l'heure de jeu valait à elle seule le déplacement. C'est encore Sambegou qui décalera Conceiço sur le flanc droit pour lui offrir le second but, le deuxième en autant de rencontres pour le médian portugais.

Le Patro, qui ne l'avait pas volé, réduira l'écart à un quart d'heure du terme grâce à un mouvement de contre-attaque rondement mené et conclu par Kabongo, mais le Standard ne laissera pas au doute le temps de s'installer: trois minutes plus tard à peine, une déviation de Geraerts permettait à Tchite de montrer une nouvelle fois toute l'étendue de son talent. Le quatrième et dernier but, lui, sonnait comme une belle récompense pour un Alex Mutavdzic qui revient de loin mais a impressionné tous les observateurs (et son entraîneur) cette semaine à l'entraînement.

«Il faut féliciter les joueurs, car ces rencontres de Coupe contre une équipe de division inférieure sont toujours difficiles, et ils ont eu la réaction qu'il fallait en seconde période», concluait le coach.

un but ce samedi. (BELGA)

© Les Sports 2004