© Photo News

Football

Une nouvelle ère galactique

Miguel Tasso

Publié le - Mis à jour le

Ramon Calderón, ancien président du Real, en avait fait une promesse électorale qu’il n’a jamais su tenir. A peine arrivé, Florentino Perez a donc comblé cette frustration en transférant enfin Kaka au Real Madrid. Décrit comme le successeur de Zidane, le joueur brésilien du Milan AC a coûté 65 millions d’euros au club espagnol. "J’arrive pour faire partie de ce nouveau Real qui sera champion, en Europe comme en Espagne", a confié Kaka lors d’une conférence de presse organisée à la hâte à Recife où l’équipe nationale brésilienne est actuellement au vert.

Agé de 27 ans, le maître à jouer brésilien est considéré comme l’un des meilleurs de sa génération. A la fois stratège et buteur, il n’a pas confirmé qu’il porterait le fameux n°5 de Zinedine Zidane. Au contraire ! "Je vais choisir mon numéro tranquillement. Zidane, c’est Zidane. Et je veux éviter les comparaisons "

Premier gros transfert du Real Madrid de Florentino Perez, Kaka sait que la pression sur ses épaules sera terrible. "Je suis prêt. Je viens de passer six magnifiques saisons au Milan. Sentimentalement, je suis encore très attaché à ce club. Je crois que le moment était venu de relever un nouveau défi. Le Real a un grand projet tourné autour du beau football offensif. J’avais envie d’en faire partie. Même David Beckham m’a conseillé d’accepter "

Prudent, Kaka s’est gardé de toute déclaration tapageuse. Il n’a pas voulu se comparer à Lionel Messi, l’étoile du "Barça". Mais il a néanmoins confié qu’il souhaitait mettre fin à l’hégémonie du club catalan. C’était bien la moindre des politesses, sachant que son nouveau salaire sera de 9 millions d’euros par an.

Kaka n’est pas le premier joueur brésilien à atterrir au Real. Roberto Carlos et Ronaldo l’avaient notamment précédé voici peu. Mais au contraire de ses deux illustres aînés, il n’a pas la réputation d’être un grand sorteur épicurien. La samba, très peu pour lui. Kaka a deux passions dans la vie : le foot et la religion. Chrétien évangélique, il se verrait bien devenir pasteur une fois sa carrière terminée. Tant pis pour les discothèques madrilènes

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci