Une "Study Academy", plus simplement appelée "école de devoirs", a été inaugurée mercredi au sein de l'école des jeunes du Standard de Liège, en collaboration avec la Province de Liège. Les "cours" y sont dispensés depuis le mois de janvier.

L'école des jeunes du Standard, l'Académie Robert Louis-Dreyfus, accueille quelque 250 joueurs, âgés de 5 à 20 ans, dont une septantaine suivent le foot-études dans quatre écoles liégeoises. Ces jeunes, âgés de 14 à 18 ans, cumulent séances d'entraînement et études. Ils sont logés dans des internats de la région liégeoise.

Aux examens de juin dernier, 18 d'entre eux ont échoué en première session. Pour les aider, une salle d'étude a été ouverte à l'Académie pendant les mois de juillet et d'août. Le bilan a été positif, 13 jeunes ayant réussi leurs examens. Pour permettre de concilier au mieux la pratique sportive avec les études, le Standard et la Province de Liège ont alors décidé de mettre en place une école de devoirs, accessible aux jeunes footballeurs le mercredi de 14h00 à 16h00.

"Le Standard privilégie d'abord le parcours scolaire avant la réussite sportive. Ce n'est pas hypocrite de dire cela car il faut bien se rendre compte que l'excellence sportive ne peut être atteinte par tous. Il faut penser aussi à ceux qui n'atteindront pas le haut-niveau et ne feront pas du football leur métier", a commenté le directeur du Standard, Pierre François.

Ainsi, seuls trois joueurs de l'équipe actuelle -Reginal Goreux, Axel Witsel et Mehdi Carcela- sont issus des classes de jeunes du Standard. L'école de devoirs, qui est, selon Pierre François "une première au sein d'un club sportif de haut-niveau", se compose d'une coordinatrice et de cinq experts. Les élèves n'y suivent pas des cours selon un programme précis mais des séances de rattrapage pour remédier à ce qui a été mal acquis ou mal maîtrisé. La participation aux séances se fait sur base des résultats scolaires des jeunes footballeurs.

"J'analyse leurs bulletins et leurs résultats puis nous signons des contrats pédagogiques. Je passe voir les élèves dans leurs écoles et leurs internats. Il y a un vrai suivi", a expliqué la coordinatrice, Pascale Jacob. Quelque 25 jeunes suivent chaque semaine les séances de rattrapage scolaire, que ce soit en mathématiques, en comptabilité, en français, en anglais, en néerlandais, etc.