L'ancien Diable rouge a officiellement intégré l'organigramme du club liégeois ce jeudi.

Daniel Van Buyten au Standard, c'est fait. Même si "Big Dan" pourrait encore parfaitement prétendre à une place au sein de la défense rouche, l'ancien joueur du Bayern va jouer un rôle en coulisses. 

Il intègre donc le conseil d'administration du club. Le président du Standard Bruno Venanzi a précisé que le mandat de Daniel Van Buyten était d'une durée de deux ans dans un premier temps. Il rejoint quatre autres administrateurs: M. Pignolet, JY. Reginster, B. Vanderschuren et B. Whitnack.

Van Buyten: "J'ai de grandes ambitions"

Daniel Van Buyten a d'abord tenu à remercier le président Bruno Venanzi. "Je le remercie d'avoir fait appel à moi. Il a de grandes ambitions, comme moi. Je connais la maison. J'ai eu envie de relever ce challenge. L'avenir dira si on travaille bien mais l'envie est énorme. J'ai fait une belle carrière et je vais en faire profiter le club, qui m'a aussi beaucoup apporté sur le plan sportif", a confié le nouvel administrateur. 

Il y a beaucoup de pain sur la planche pour redresser la barre. "On n'est pas la meilleure équipe en ce moment mais le Standard reste un grand club et on va travailler pour le remettre à sa place. Je vais consacrer un maximum de temps au Standard."

L'ancien international a tenu à préciser qu'il n’empiéterait pas sur les plates bandes d'Axel Lawarée. "On a un directeur sportif qui garde ses compétences. Je n'irai pas là où ce n'est pas mon domaine, même si je donnerai mon avis. Pour le mercato, c'est le boulot du directeur sportif. Mais j'ai aussi des contacts, des avis. Si je peux aider, je le ferai." 

Venanzi: "Je connais Lucien D'Onofrio mais le Standard n'a pas besoin d'investisseurs"

Le président du Standard a réagi face aux critiques sur Axel Lawaré. "Quand les résultats ne sont pas à la hauteur, les critiques s'abattent sur le club. Cela nous permet aussi de faire notre autocritique et d'avancer."

Bruno Venanzi a également évoqué les problèmes financiers du Standard. "Les résultats financiers de la saison passée ne sont pas bons. On travaille pour remettre un budget en équilibre. On a notamment eu une rentrée d'argent pour Batshuayi et on est en train de trouver un arrangement à l'amiable pour Mpoku. D'Onofrio? Je connais bien Lucien mais que ce soit lui ou un autre, le Standard n'a pas besoin d'investisseurs." 

En ce qui concerne une éventuelle participation de Gilbert Bodart, c'est n'est pas d'actualité. "Je l'ai rencontré. J'ai senti quelqu'un qui aimait très fort le Standard et qui avait envie d'y revenir. Il m'a demandé s'il pouvait s'impliquer dans le club. Mais aujourd'hui, l'organigramme est complet."

Pointé du doigt pour sa communication dans l'affaire de corruption d'un entraîneur par un joueur, le président ne regrette que la forme. "Si c'était à refaire, je ne le dirais pas de la même manière mais je le redirais. Je ne regrette aucune déclaration. Je suis plutôt fier d'essayer d'imposer une certaine transparence." 

Un mercato hivernal chargé

Sur le plan sportif, le Standard doit se renforcer pour sortir de la zone rouge. Yannick Ferrera, Axel Lawarée et Daniel Van Buyten travaillent en vue du prochain mercato. "J'ai déjà eu des contacts avec le Bayern, avec Guardiola, et d'autres. Que ce soit le Bayern ou d'autres clubs, le Standard peut leur offrir quelque-chose en donnant du temps de jeu à certains joueurs de ces clubs. Mais on compte aussi sur l'Académie", indique Van Buyten.