GENK 1

FC BRUGES 0

RACING GENK: Moons, Priske, Vaesen, Zokora, Sigurdsson, Chatelle, Thijs, Claessens, Ingrao (70e Beslija), Kpaka (80e Vandenbergh), Roussel.

CLUB BRUGES: Verlinden, De Cock, Clement, Spilar, Van der Heyden, Englebert, Simons, Ceh, Verheyen, Lange, Saeternes (62e Roelandts).

ARBITRE: M. Verbist.

LE BUT: 85e Vandenbergh (1-0).

Le Racing Genk a remporté, sur le tard, la victoire qui l'isolera à la troisième place du classement si, ce soir, le Standard dompte Mouscron. C'est Kevin Vandenbergh qui a signé ce but de l'espoir européen.

Les deux gros outsiders du Championnat saluaient chacun un grand retour: le Racing celui de Claessens après une petite décennie d'exil volontaire et le Club celui de Spilar après un peu moins d'un an et demi de blessures diverses. Est-ce parce que le Racing entama le second tour avec une extrême circonspection que la rencontre s'enlisa d'abord, dans un insipide round d'observation jusqu'au repos?

Prudent lui aussi, le Club avait souvent monopolisé le ballon mais, trop prévisible, il s'était bien gardé d'énerver des débats viciés par trop de transmissions téléphonées. Englebert avait, dès la 3e, alerté Moons. Puis Verlinden avait dû se coucher sur un envoi d'Ingrao à la 18e avant de bloquer à la 22e une reprise de Priske puis, à la 35e, un essai de Roussel. Genk négligeait trop souvent Chatelle, qui se morfondait sur un flanc droit dégagé et assez mal protégé par Van der Heyden.

Plus sollicité, Ingrao avait une fois ou l'autre étalé ses qualités d'infiltrant mais il manquait de relais pour en tirer avantage. Après l'une ou l'autre mise sur orbite, Claessens avait vite glissé dans l'anonymat. Spilar avait, lui, étalé une intransigeance prometteuse. Mais les deux avants de Genk et les trois de Bruges, étaient restés en dedans de leur action. A Bruges, à la construction, seul Englebert éclairait la rencontre. Au Racing, les lignes étaient trop étirées pour permettre de lucratives combinaisons. Le tempo baissa dans le 4e quart d'heure.

Un champion vraiment déchu

Alors que Bruges faisait mine de dominer une rencontre affligeante, Sef Vergoossen fit monter Beslija sans retirer Chatelle. A la 72e, ce dernier fut à deux doigts de ponctuer une infiltration dans l'axe. Sur la réplique, Englebert puis Roelandts manquèrent l'immanquable. Les acteurs s'ébrouèrent mais ne gagnèrent ni en technique, ni en précision. A la 85e, Vandenbergh, au coeur du rectangle, embarqua le ballon pour tromper Verlinden (1-0). Le Racing avait affirmé sur le fil ses prétentions à la 3e place du classement. Quant à Bruges, champion vraiment déchu, il peut doucement reporter ses ambitions sur la... Coupe de Belgique, seule garante désormais pour lui d'une future qualification pour la Coupe d'Europe.

© Les Sports 2004