ENVOYÉ SPÉCIAL À BAKOU

La première journée d'Anderlecht à Bakou, après cinq heures de vol, ne s'est pas déroulée comme le club l'avait espéré. «Je n'aime pas de tels déplacements, disait Franky Vercauteren. Rien n'est en ordre ici.»

En effet, le coach anderlechtois s'est énervé dès l'atterrissage. Après un voyage en car de 50 minutes, l'autocar des joueurs s'est... trompé d'hôtel et a dû faire demi-tour. Puis, arrivés sur place, les Anderlechtois ont retrouvé dans leurs assiettes des lasagnes déjà froides. Dans certaines chambres, il n'y avait pas de bouteilles d'eau comme prévu. Et le terrain où Anderlecht s'est entraîné, hier soir, était dans un état déplorable. «Trop dangereux pour s'entraîner», disait le coach anderlechtois. Qui plus est, en arrivant au «champ» d'entraînement, l'autocar des joueurs a été bloqué pendant plusieurs minutes sur les voies d'un chemin de fer. Ce fut une image surréaliste qui ne se voit que dans les pays de l'Est. Pourtant, la capitale de l'Azerbaïdjan, un état indépendant depuis 1991, qui se trouve au bord de la Mer Caspienne, au nord de l'Iran, fait plus penser à l'Afrique du Nord qu'à l'ex-URSS. Il y fait très chaud (34° l'après-midi) et sec, et la population est quasi totalement musulmane. Mais dans les rues, on repère à peine des femmes voilées. Côté football, le pays évolue dans le bon sens. Les barons du pétrole offrent des gros contrats à des joueurs étrangers (des Serbes, des Croates, mais aussi des Brésiliens et des Argentins). L'équipe nationale est meilleure qu'Andorre et Saint-Marin. Elle compte deux points dans son groupe et a fait trembler l'Angleterre en octobre 2004 (0-1), mais il reste un fameux chemin à parcourir. Le 5-0 à Anderlecht n'en est qu'un exemple.

Rotation au but

Franky Vercauteren n'a pas voulu annoncer son équipe, hier. Trop de joueurs sont incertains. Le cas le plus sérieux est celui de Vincent Kompany, qui n'a pas participé au décrassage. Il a mal à la joue, suite à l'opération qu'il a subie aux dents de sagesse. Wilhelmsson (tibia), Serhat (mollet) et Jestrovic (tendon d'Achille) pourraient jouer, mais Vercauteren va peut-être épargner un ou deux de ses titulaires légèrement blessés. «Je vais aligner l'équipe la plus forte, disait Franky Vercauteren. Je veux gagner. Pour moi, ce n'est pas 5-0 mais 0-0. Cela doit être un test pour le match de samedi contre La Louvière.» Reste à savoir qui sera au but, demain. «Je suis pour un système de rotation, aussi au but. La concurrence doit les tenir tous en forme.»

© Les Sports 2005